.
💜
.
Hier matin, après avoir traînassé honteusement en pyjama très court une bonne partie de la matinée (à peine interrompue par le facteur (punk3, va ouvrir mais tu dis que je ne suis pas là, je peux pas me montrer comme ça !! – Elle n’est pas là, ta maman ? – Non – Bon, je te donne ça, et elle me rendra les caisses comme l’autre fois – ), je me dis qu’il serait bien de se bouger un peu le gras, parce que le soir, j’ai un repas pas light de prévu avec des copines pour parler du Pedibus.
.
💜
.
Je décide d’aller à la rivière à vélo. Les 4 punks qui sont à la maison (les 2 grands sont en vacances chez les beaux-parents avec les cousins) sont heureux. Mais bien évidemment, ça ne dure pas. Ils se sont battus pour le vélo, pour les serviettes de bain, ils n’ont pas voulu m’aider à faire les sandwichs (pas grave, j’ai tout jeté en vrac dans un sac et ils les mangeront sans beurre – ou ne mangeront pas).
.
💜
.
Bref, après avoir perdu 15 minutes en préparation de vélo et de punks, nous partons. Nous retrouvons avec plaisir notre petit coin de paradis. Nous nous posons (enfin, surtout moi) pour profiter de l’instant présent, de la fraîcheur relative de l’air et des rires revenus. Vous vous doutiez bien, par rapport à mon dernier post, que ça n’allait pas durer. Evidemment, mes journées sont toujours trop calmes.
.
💜
.
Ils s’ennuient assez vite, veulent manger (11h30 !) et rentrer… ^^ Histoire de rester assise plus de 30 minutes, je leur demande de s’amuser un peu. Ils choisissent de parcourir les alentours à vélo. Malheureusement, celui de punk5 s’arrête très brutalement dans un trou. Hurlements, évaluation de la situation du punk… Il s’est tapé là où ça fait très mal. Il se calme, continue à jouer tranquillement, puis veut aller arroser la rivière. Mais impossible, il hurle de douleurs. J’avertis alors le Père, histoire de savoir si c’est une douleur « normale » ou pas. On décide d’attendre un peu.
.
💜
.
Nous rentrons à la maison en passant par la grand-route et, après un cafouillage dans un rond-point (mais pourquoi ai-je voulu passer dans un rond-point avec mes 3 cyclistes?) où je me suis fait copieusement insulter par un automobiliste frustré, punk5 retourne aux toilettes. Impossible, il a trop mal.
.
💜
.
Après avoir tâté la chose et la situation auprès de mamans de garçons, j’amène punk2 à la logo puis appelle les médecins de garde, puisque nous sommes jeudi et que notre pédiatre a congé. Ils me disent que c’est mieux d’aller vérifier aux urgences.
.
💜
.
Branle-bas de combat : mon fils le plus âgé a 10.5 ans : je ne peux pas le laisser surveiller 2 punks plus jeunes, et je ne me vois pas aux urgences avec les 4 (surtout en situation de covid où il n’y a aucun jeu, etc.). Je contacte ma copine d’enfance qui habite tout près, lui explique brièvement la situation et la suite s’organise. J’abrège la séance de logo, je jette les 3 chez mon amie en promettant de la tenir informée de la lenteur des urgences, je fonce à l’hôpital en ayant pris soin de fourrer de la bouffe et à boire dans mon sac. J’appelle mon autre copine en lui disant que le repas se fera certainement sans moi, puisque habituellement, j’en ai pour 4 ou 5h aux urgences et qu’il est … 16h.
.
💜
.
Mais, contre toute attente, il n’y avait personne. Nous rentrons à 17h30, passons récupérer les punks installés comme des rois chez ma copine ; j’ai même le temps de me laver les cheveux et de me changer pour sortir et être pile à l’heure au rendez-vous. Et punk5 ? Après contrôle et une bonne dose d’anti-inflammatoires, il s’amuse à faire pipi dans un gobelet, une seule minuscule trace de sang, tout est OK.
.
💜
.
Finalement, le timing était juste parfait… 😉

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.