Voyage en famille (nombreuse ou pas)

Le saviez-vous?

Il existe une toute nouvelle agence de voyages dédiée spécialement aux voyages en famille, en Suisse et dans les pays voisins.

Delphine, de “Mon Doudou Voyageur” vous propose des voyages sur mesure ou non, sans trajet en avion, pour votre famille. Vous en saurez plus en allant visiter son site internet.

Et le plus? Depuis le 1er mars 2019, les familles en possession de la carte familles-nombreuses.ch recevront un bon cadeau “Mon doudou voyageur” à chaque séjour réservé sur son site (max 50.-).

Nouveaux partenaires!

Si vous ou votre enfant avez une peau sensible, j’ai une bonne nouvelle pour vous. Enfin, non, deux bonnes nouvelles! 🙂

La première, c’est un nouveau partenariat avec la boutique en ligne Alpes du Sud.
En effet, celle-ci vend des articles pour enfants et adultes en laine Mérinos. J’ai testé des chaussettes en Mérinos (70%): incroyable comme elles sont douces au contact de la peau! Et légères, pas comme la laine “normale”. Cette laine est connue pour ses propriétés thermiques (retient la chaleur en hiver) et respirantes (favorise la respiration du corps, ce qui évite les odeurs désagréables (pratiques pour les chaussettes ^^) et permet de rester au frais en été et de ne pas avoir non plus trop chaud en hiver… ). Le plus, c’est que tous les articles sont fabriqués éthiquement, avec des fibres complètement naturelles, donc totalement saines pour votre peau et celle de vos enfants.
Si vous voulez passer une commande, vous bénéficierez de 10% en tant que membre familles-nombreuses.ch (sauf sur les articles déjà soldés). Il suffit de m’écrire un message, me donner une preuve que vous avez bien 3 enfants à charge (si ce n’est pas déjà fait), et je vous transmettrai le code de réduction à insérer lors de votre commande.

Bonnet pour enfants

J’ai craqué aussi pour le bonnet en laine mérinos. Tout doux, tout fin, fait main, il est top car il peut être utilisé en hiver comme en été, sans que ça mouille les cheveux. Il ne gratte pas, ce qui fait que mon punk 6 l’a gardé ;-), fait rare! Pratique pour garder les oreilles au chaud ou les protéger du vent par cette météo 😉
Perso, j’aurais adoré acheter le bandeau petit noeud, mais pas sûre que ça aurait convenu à mes punks 😉 Mais pour une petite nana, c’est vraiment adorable! Sinon, vous trouverez aussi des couvertures, une couverture d’emmaillotage ou une gigoteuse. Allez sans autre faire un petit tour!

 

La deuxième bonne nouvelle, c’est que la savonnerie artisanale Rêve de Bulles fait un geste super pour les grandes familles!

Sur ma boutique en ligne, des pains de savon de 900g déjà découpés (soit une dizaine de savons), sont en vente avec un super tarif de 82.- (prix du marché: 100.- le kilo)! Les ingrédients sont choisis avec soin, et plusieurs sont exempts d’allergènes. Le Savon tout Doux, comme son nom l’indique, est particulièrement approprié pour les peaux sensibles ou allergiques. Idéal pour toute la famille, que ce soit pour le visage ou corps. Il y a plusieurs possibilités: vous pouvez aussi choisir 2 senteurs différentes, toujours pour 900g. En passant au savon solide, vous limitez aussi, en plus, le nombre de déchets… Bref, tout bénéf!
Pour bénéficier du tarif préférentiel, il faut soit avoir une carte familles-nombreuses, soit, comme précédemment, m’envoyer un document attestant que vous êtes bien une famille nombreuse 🙂

 

 

 

 

 

Concours Junior Days 2019!

Premier concours de l’année!
Il y en aura beaucoup d’autres, avec des super prix à gagner!

Il vous permettra de gagner 5 billets (2x) pour les Juniors DaysCeux-ci auront lieu les 9+10 mars à Fribourg, les 16+17 mars à Moutier et les 22+23 mars à Martigny!

Ces Junior Days proposent aux familles de découvrir plein d’activités: sport, culture, art, loisir, sensibilisation… Bref, une sortie ludique et originale pour toute la famille. Les enfants peuvent participer à des ateliers, des initiations proposés par les partenaires de Junior Days. Cela leur permet de les encourager à s’impliquer dans la vie associative, par exemple.

Le concours est ouvert à tous les membres inscrits (ont un pseudo et/ou reçoivent la newsletter) qui ont 3 enfants au moins. Vous pourrez choisir le lieu que vous voulez!

Pour participer, c’est simple: il suffit de remplir le formulaire ci-dessous avec le nombre d’entrées souhaitées et le lieu où vous iriez… et espérer!

Tirage au sort le 23 février 🙂
Je vous contacterai par mail.

 

Isaline, 19e maman formidable

Bonjour,
Pour cette première de l’année 2019, j’ai le plaisir de vous présenter le témoignage d’Isaline, 37 ans, heureuse maman de 4 enfants: Louise, 9 ans, Jules, 7 ans, Charles, 5 ans et Tom, 3 ans. Vous la connaissez peut-être sous son pseudo, Thérèse, de Thérèse and the Kids.
Merci à elle de témoigner de son vécu de maman.

Est-ce que toi ou ton mari êtes issus d’une famille nombreuse ?
Mon mari a 3 frères. Je suis l’aînée d’une fratrie de 5 : ( famille recomposée ) 2 soeurs et 2 frères.

Et fonder une famille nombreuse, c’était un rêve de petite fille ?
Pas du tout. Au contraire même. Je ne voulais pas avoir d’enfant. Je me sentais irresponsable et aussi bien trop égoïste pour devenir maman. D’ailleurs, Régis le savait quand on s’est mis ensemble et malgré son désir à lui de fonder une grande famille, il a compris mon choix et n’a jamais rien forcé. Et puis après 6 ans de relation, à ses 30 ans, nous avons décidé que j’arrêterais de prendre la pilule. Je pensais que cela prendrait au minimum 1 an voire plus pour être enceinte. 1 mois après notre décision, j’étais enceinte de Louise. C’était surprenant et déstabilisant. Et puis la suite vous connaissez…

Comment a réagi ton entourage, ta famille, à l’annonce de tes 3e puis 4e grossesses ?
A l’annonce de la 3ème, l’entourage s’y attendait un peu. Par contre, au 4ème, on m’ a demandé si on se protégeait. … 

@therese and the kids pour familles-nombreuses.ch

Raconte-nous une journée type de ta semaine.
Les 3 aînés vont à l’école. Nous les levons vers 7h30. L’école commence à 8h25 et se termine à 11h45. Elle recommence à 13h50 et finit à 15h25. En matinée, je profite de faire les corvées liées à l’entretien de la maison (repas, rangement, courses, etc.) et je joue avec Tom. L’école commençant dès 4 ans révolus, Tom reste donc avec moi toute la journée. Je n’ai pas de garde pour lui. Financièrement nous ne pouvons pas nous le permettre. 

Tom fait encore la sieste l’après-midi et c’est donc le seul moment que j’ai pour moi avant que les autres rentre de l’école. Parfois, je suis efficace et j’écris. Mais ces derniers temps je procrastine… 

Quand ils rentrent de l’école, nous profitons pour décompresser en sortant jouer dehors. Au retour, nous faisons les devoirs. 

Le mardi soir, nous allons au cours de natation. Le mercredi au cours de football. Le jeudi au cours de danse et le samedi matin au hockey. 

Qu’est-ce qui est le plus difficile pour toi dans la gestion d’une famille nombreuse ?
La sollicitation et répondre à des besoins différents pour chacun. Le temps manque cruellement parfois pour soi. Chaque fois que je fais le choix de privilégier ma vie de famille, mon emploi du temps en prend un coup ou alors je privilégie un enfant et les autres sont mis de côté par la force des choses. 

Est-ce que tu as de l’aide ?
Je n’aime pas dire que mon mari m’aide car il occupe de son rôle de père comme moi mon rôle de mère. Nous comptons l’un sur l’autre au détriment du couple, parfois. Nos familles habitant à deux heures de trajet, il n’est pas évident de s’organiser. Qui plus est, nos frères sont aussi parents. Du coup, les grands-parents sont souvent sollicités. Mais parfois nous y arrivons et nous en profitons. 

Qu’est-ce qui te manque le plus depuis que tu as 4 enfants ?
Du temps. 

Si tu avais une baguette magique…
Une journée à rallonge mais ça, c’est parce que je dois arrêter de procrastiner. Mais en vrai, si j’avais une vraie baguette magique, je nous protégerais des maladies et des accidents. La santé, c’est ce qu’on a de plus précieux. 

@therese and the kids pour familles-nombreuses.ch

Pourrais-tu partager avec nous de beaux moments de grossesse ou d’accouchement ?
Cette question est la plus difficile pour moi. Je n’ai pas spécialement aimé être enceinte. Mon corps qui changeait au vu des semaines, la peur d’avoir mal le jour J, les contrôles, et des saignements tous les longs de mes grossesses ont été des facteurs un peu stressants. Les accouchements ont été difficiles et j’en parle sans tabou de manière transparente sur mon blog. Alors trouver un beau moment est un vrai challenge même si j’aime aussi rappeler qu’il existe des accouchements merveilleux. Je trouve important aujourd’hui de briser l’image idyllique de ces moments dans la vie d’une femme pour libérer la parole. Bref. Pour répondre à ta question, sentir la vie en soi est quelque chose d’indescriptible. C’est un mélange d’excitation, de surprise et d’étonnement. Ce petit être qui évolue avec nous et dont on sent les mouvements à travers notre peau reste un des moments que j’ai préféré avec le premier regard échangé après la naissance, avec chacun de mes enfants. 

Qu’as-tu appris avec ces nombreuses maternités ?
Enormément de choses. Sur moi mais aussi pratiquement comme ramasser les chaussettes d’un pied ou donner le sein pendant que je cuisine ou encore changer un enfant sans se faire arroser de pipi tout en consolant le troisième en écharpe… Et puis surtout à lâcher-prise. J’ai mis du temps à mettre des mots sur cette façon de penser qu’on nous répète à longueur de temps. Pourtant, c’est un vrai état d’esprit. Je viens de terminer le livre d’Agnès Labbé sur l’éducation approximative et cela définit ma manière de penser depuis que nous sommes une famille nombreuse. Elle a mis de mots , des définitions sur ce que je pratique depuis maintenant 4 ans. 

Que conseillerais-tu à une maman qui hésite à se lancer dans l’aventure « famille nombreuse » ?
De ne pas écouter l’entourage. De se faire confiance. Au fond d’elle, elle connait la réponse. A ma 4ème grossesse, j’ai crains de l’annoncer à mes amis à un tel point que j’ai douté. J’ai eu peur de leur réaction et de leur jugement alors qu’au fond de moi, j’étais convaincue.  

Et surtout d’être en accord avec son partenaire sur cette décision. Le reste, tout passe. On s’adapte, on change, on évolue. Ce n’est que des enfants. 

Penses-tu à un autre « petit dernier » ?
A mon dernier accouchement, nous avons décidé de ligaturer mes trompes. Oui. Cela m’arrive. Surtout quand je les observe grandir. Au final, 3 ans, ça passe très vite. Mais, au-delà de mon envie de pouponner, mon envie de me retrouver est plus forte et j’ai aussi envie d’être plus présente pour ceux qui sont déjà là. Alors, notre famille est au complet. 

@therese and the kids pour familles-nombreuses.ch

Quelque chose d’autre à ajouter ?
Merci de m’avoir permis d’écrire ces quelques lignes pour toi. Merci de partager ton quotidien.

 

Merci à toi, Isaline;-)

Pour la suivre, voici les liens:
Blog
Facebook
Instagram

Passage dans le “Coup de Pouce” de Lfm

C’était il y a deux ans! Déja!

Pour comprendre quel est le but que je recherche. Depuis, j’ai étoffé l’offre en proposant la boutique spécialisée pour les familles nombreuses. Les partenaires deviennent plus nombreux… ainsi que vous, membres et lecteurs.

Merci de votre fidélité!

 

*************** 2 février 2017****************

Presque 1 année pile après la parution d’un article dans le journal Migros Magazine, voilà une petite interview présentant le site et mon activité bénévole!

Merci à David Di Franco et l’équipe de la radio LFM pour leur “Coup de Pouce” 🙂 dans l’émission Karmacadabra.

J’espère que ça permettra à d’autres familles nombreuses de rejoindre le site et les groupes de discussion (forum sur le site ou sur facebook; faire une demande d’amie à Petite Bijou avec un message personnel et votre pseudo! merci!!!)

Si vous avez loupé l’émission, voilà le podcast ci-dessous 😉

 

Est-ce que vous avez fini ?

Récemment, quelqu’un m’a demandé: “Vous allez faire un petit 7e ou vous avez fini?”

(bon, déjà, je ne fais pas de “petit” enfant, hein… surtout avec un mari mesurant plus de deux mètres… même si je sais qu’on me parle de petit en terme affectueux…).

Mais ce mot: fini… La fin. La fin de la maternité… Pendant longtemps, impossible de répondre.

Mais maintenant, cette question, je ne la redoute plus. “Non, c’est fini. On va s’arrêter à 6 enfants.” Quel chemin pour arriver à le prononcer, à le comprendre, à l’accepter et à le réaliser. C’est un cheminement propre à chaque femme, chaque couple.

Alors, j’ai cherché à en savoir plus. Je me demande si c’est plus difficile lorsqu’on a connu beaucoup de grossesses ou non. J’ai posé la question à beaucoup de mamans de familles nombreuses. J’ai récolté énormément de réponses, preuve que le sujet est vaste… (Je profite d’ailleurs pour remercier toutes ces mamans pour leur sincérité et leur humour!)

Eh oui… Lorsqu’on décide d’avoir un enfant (a priori, le dernier), des doutes, autres que l’aspect financier, logistique ou physique, surviennent, même après avoir discuté de manière sereine en couple.

Est-ce vraiment la dernière fois que j’appréhende cette attente du retard?
Est-ce vraiment la dernière fois que je fais un test positif?
Est-ce vraiment la dernière fois que je vois mon ventre s’arrondir et sentir les coups de pieds?
Est-ce vraiment ma dernière grossesse?
Est-ce vraiment la dernière fois que je vais donner la vie?
Est-ce vraiment ma dernière rencontre avec une (ou plus) petite vie qu’on aura portée?
Est-ce vraiment le dernier enfant que je vais créer, voir grandir et accompagner dans la vie?

Est-ce vraiment LE dernier?

@familles-nombreuses.ch
Le dernier?

Lorsque ce dernier-né est là, qu’on le caresse, qu’on le nourrit, qu’on le regarde dormir… Alors, toujours, se pose toujours la question : “Vais-je revivre une fois tout ceci, ou est-ce FINI?”

La maternité, et sa fin, est quelque chose qui relève de son propre vécu, de ses représentations, de sa propre enfance, de ses attentes et de beaucoup de sentiments et ressentis, très personnels. Parce que, ne plus avoir d’enfants, cela signifie que cela ne reviendra plus. Que cette expérience est derrière. Elle renvoie au temps qui passe, à la fin de la maturité, au début de la vieillesse… Nous sommes toutes confrontées, en tant que maman, a la fin de la maternité, voulue ou subie. C’est un deuil à faire, rempli de beaucoup d’émotions aussi. Faire le deuil d’avoir un nouvel enfant, c’est faire le deuil de toute cette expérience féminine, très intime… Et puis, ce moment est très personnel. Chaque maman (et chaque papa) a ses raisons, son ressenti et ce moment peut être la conséquence de différents éléments.

Suite à des drames familiaux, plusieurs mamans m’ont confié qu’il était devenu impossible de penser à un autre enfant. Une séparation, par la force des choses, peut amener aussi prématurément (ou non) à la fin de maternité. Enfin, parfois, la nature se charge seule de mettre un frein à la maternité.

Parfois, le papa a imposé sa décision. Quelques-unes m’ont confié que c’était plus facile lorsque c’était le papa qui choisissait, car finalement, les mamans n’avaient pas à prendre LA décision…

D’autres mamans ont connu des grossesses compliquées ou des accouchements traumatisants. La fatigue, la charge mentale, la dépression post-partum, tous ces aspects (souvent tabou) de la maternité ont contribué à la fin de la maternité chez plusieurs mamans. Le burn-out maternel existe, et il devient essentiel de penser à soi, de prendre du temps pour soi, de travailler à nouveau,… Envisager un nouvel enfant n’est alors plus possible. Lorsque l’on atteint ses propres limites physiques ou mentales, il est vital de les respecter, pour son propre bien-être mais aussi pour celui de toute sa famille.

De nombreuses mamans ont parlé aussi du ressenti de plénitude, de se sentir complète. L’exemple de la chaise vide autour de la table a été évoquée plusieurs fois (chez moi aussi, d’ailleurs!). J’en rigole avec mon mari en disant : “Heureusement que nous n’avons pas une table plus grande ;-)” ! Une fois les places remplies, le désir d’enfant s’est éteint gentiment, pour ne plus réapparaître. Certaines mamans ont SU. Tout de suite, dès leur test de grossesse, après avoir accouché. C’était le dernier, elles ne sont jamais revenues sur leur décision. D’ailleurs, elles ne ressentent plus aucune nostalgie, aucun manque ni aucune envie lorsqu’elles voient d’autres ventres ronds, sont heureuses de profiter de petits bébés mais encore plus de les rendre après quelques heures … Ce sont aussi elles qui vont paniquer si elles ont du retard… 😉

Des considérations plus “matérielles” sont aussi évoquées. En effet, lorsque le dernier bébé arrive avec un autre, par exemple ;-), voire lorsqu’il arrive alors qu’il n’était pas spécialement attendu… L’âge est un élément important: soit l’âge élevé, soit la limite fixée par la maman elle-même, de manière tout à fait arbitraire… L’écart entre les enfants peut également être déterminant pour certains couples. Certaines m’ont dit que lorsqu’elles contemplaient leur compte en banque, l’état de leur salon ou du panier de linge sale, l’envie d’enfant disparaissait comme par magie 😉

Quand l’idée de repasser par l’étape des couches, des compotes, quand l’envie de “redevenir” plus une femme qu’une maman, quand l’envie de profiter des plus grands ou de son couple est plus forte que l’envie d’avoir un autre enfant, quand finalement, la maternité est plutôt envisagée du côté négatif (le corps qui change beaucoup et qu’il faut se réapproprier) alors, le désir d’enfant se tarit et disparaît. De même, lorsqu’elles réalisent qu’elles auront toujours envie d’être enceinte, d’accoucher, de profiter des premiers mois très fusionnels, d’allaiter… mais qu’elles ne veulent pas d’un enfant, juste d’un bébé… La raison prend le dessus, et le deuil peut se faire. Le fait d’avoir des enfants plus grands, avec toute l’énergie et le suivi que certains demandent, calment les ardeurs de beaucoup de mamans aussi.

Enfin, pour d’autres, l’acceptation et le deuil sont intervenus après plusieurs années, parfois après avoir attendu que le dernier ait franchi certaines étapes, comme la propreté, l’entrée à l’école ou le fait de voir que l’on peut faire plein de choses sympa sans un bébé! Un grand voyage, un changement de vie, une entreprise, bref… la maternité est souvent remplacée par un projet personnel.

Et puis… il y a celles qui n’ont pas connu ce moment… ou pas encore…

Personnellement, le choix des mots a été important. Quand on me demandait si c’était le dernier, je répondais que c’était le plus jeune.
Mais là, je peux le dire, punk6 est bel et bien mon dernier enfant <3, mon p’tit dernier!

Et vous, avez-vous … “fini”?