@familles-nombreuses.ch

Si vous vivez en Suisse, vous n’avez pas pu passer à côté du mouvement d’aujourd’hui, intitulé “Grève des femmes”. Maman de 6 enfants, dont 5 garçons, je suis bien évidemment sensible à cette journée.

L’autre jour, on m’a demandé si j’allais faire grève. 

Non. Pourquoi? Parce que je n’enseigne pas le vendredi. Si j’avais été dans ce cas-là, je n’aurais pas non plus grève. Au contraire. 

Selon moi, il y a 3 endroits où les choses peuvent concrètement et rapidement changer, et donc estomper les inégalités sexistes qui persistent: à l’école, à la maison et dans les urnes.

3 endroits où les femmes, de facto, sont les plus nombreuses. Comble de l’ironie, non? 

Il y a plus d’enseignantes au primaire et au secondaire que d’hommes. Il y a plus de femmes au foyer ou à temps partiel que d’hommes. Et il y a plus de femmes que d’hommes en Suisse. 

Alors, saisissons cette chance: éduquons nos jeunes enfants comme nous aimerions être traité(e)s plus tard, sensibilisons-les le plus tôt possible à l’égalité et l’équité, apprenons-leur les droits des femmes et des hommes, formons les futurs employeurs et employeuses de demain sans distinction de sexe, parlons-leur de respect des uns et des autres, et surtout, donnons nos voix dans les urnes. 

Utilisons la situation actuelle pour renverser la tendance et arriver à l’équilibre entre tous. 

J’espère simplement que cette journée montrera à celles et ceux qui contribuent à maintenir ces inégalités, consciemment ou inconsciemment d’ailleurs, à quel point les personnes voulant changer les choses sont nombreuses, chacune à son niveau et en fonction de ses possibilités…

Belle journée!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.