En ce mois de décembre, je voulais vous présenter Marlène, une maman entrepreneur et formidable! Agée de 43 ans et maman de 3 enfants entre 12 et 9.5 ans, elle a créé une marque de vêtements éco friendly, dessinée en Suisse et fabriquée au Portugal. Pour en savoir plus, les liens sont en fin de témoignage.

Et ça tombe bien, on est désormais partenaire 🙂

En attendant, voici son témoignage.

Est-ce que toi ou ton mari êtes issus d’une famille nombreuse ?

Mes parents ont eu 3 enfants, comme moi, et dans le même ordre… 2 filles puis 1 garçon. Chez mon mari, ils sont deux avec 7 ans d’écart.

Et fonder une famille nombreuse, c’était un rêve de petite fille ?

Pas du tout, c’était plutôt au départ le désir de mon mari. Moi, 2 enfants je trouvais ça plus « pratique ». J’avais vécu « être serré comme une sardine» en voiture à 3 à l’arrière, les vacances au camping parce que les hôtels à 5, il fallait deux chambres… trop cher pour mes parents, bref…la vie à 4 me paraissait plus facile avant d’avoir eu ma première fille.

Comment a réagi ton entourage, ta famille, à l’annonce de ta 3e grossesse ?

A la troisième grossesse (l’aînée avait à peine 3 ans et la deuxième, pas encore 2 ans), une partie de la famille a trouvé ça super… mais d’autres ont eu des réactions moins enjouées, dirons-nous. Me disant de suite : « Eh bien, tu vas arrêter de travailler, j’espère. On ne peut pas élever 3 enfants en travaillant ». Ce que je n’ai pas fait. J’ai continué à travaillé à 80%. J’avais fait l’expérience d’un break de 6 mois à l’arrivée de notre deuxième mais au bout de ces 6 mois, j’étais ravie de reprendre le travail. Je manquais clairement de vie sociale. Mon mari était très souvent absent pour le travail, ma famille loin… parfois je ne parlais qu’à mes filles pendant 3 ou 4 jours…mais aussi au lave-linge et à la poubelle de couches.. 😉 ! Au secours !

Raconte-nous une journée type de ta semaine.

Maintenant les enfants ont 13, bientôt 12 et 9 ½ ans. Le matin : Réveil à 06h30. Je réveille les filles, me prépare et prépare leurs lunch-box pour le midi. Elles partent à l’école. Je réveille le petit frère, petit déjeuner avec lui, puis il part à l’école.

Je suis designer textile et fondatrice de la marque de vêtements pour bébé et enfant BAJIBOM, j’ai la chance de travailler à la maison alors dès 08h20, je suis à fond sur tous les fronts : logistique, réseau sociaux, site internet, préparation des événements de la marque, compta, etc… Le midi, notre fils rentre déjeuner. Un moment précieux que nous partageons seulement tous les deux. Il me raconte sa matinée, on discute. L’après-midi est comme un expresso, court et intense. 01h30 pour avancer sur mon travail .. après c’est fini. Retour de l’école, devoirs, activités de l’un ou de l’autre, lessive entre deux « voc » d’allemand ou « exo » de grammaire, préparation du souper et à 21h30, quand tout le monde dort, je me remets au travail jusqu’à ce que mes yeux papillonnent, souvent assez vite car la journée fut longue et intense, parfois je résiste car j’ai trop de travail en retard.

 

Qu’est-ce qui est le plus difficile pour toi dans la gestion d’une famille nombreuse ?

J’en mettrai 2 sur le podium.

  • La charge mentale… Ne rien oublier : les activités, le dentiste, les courses, le crayon pour la numéro 1 ou les chips pour le pique-nique du numéro 3, le pantalon d’équitation qui doit être propre pour le lendemain…etc…
  • L’absence de mon époux qui travaille à Paris la semaine. C’est un papa et un mari extraordinaire quand il est présent, alors évidemment quand il est absent… c’est plus difficile pour toute la famille.

Est-ce que tu as de l’aide ?

J’ai de l’aide pour le repassage et le ménage (4 heures par semaine). Ce n’est pas un luxe, je préfère me priver de loisir que m’en passer.

Qu’est-ce qui te manque le plus depuis que tu as 3 enfants ?

La maison qui reste rangée, les sorties au pied levé pour un ciné ou un resto avec mon mari.

Si tu avais une baguette magique…

Je ne m’en servirais pas pour notre famille, nous ne manquons de rien, nous sommes tous en forme et c’est l’essentiel. Je n’arrive pas à choisir tant il y aurait de chose à faire … amener la paix partout, exterminer les maladies graves surtout chez les enfants…

Pourrais-tu partager avec nous de beaux moments de grossesse ou d’accouchement ?

Il y en a tant eu…mais je vais vous raconter une anecdote. La sage-femme qui m’a accouché de notre fille aînée, s’appelle Aurélie. C’est la sage-femme idéale, à l’écoute, douce mais active, qui prend le temps de vous détendre, bref, une perle.  13 mois plus tard, quelques jours avant l’accouchement de notre deuxième fille, je la croise dans un couloir après ma visite mensuelle. Je lui dis que j’espère qu’elle sera de garde le jour où bébé numéro 2 se décidera à arriver. Elle me donne brièvement, à l’oral son planning des jours à venir… qui s’imprime immédiatement dans ma tête. A la date prévue de l’accouchement (jour J, je suis une femme ponctuelle) vers 14h, les contractions démarrent … vers 16h, c’est plus régulier et rapproché.. nous partons pour la maternité, sans stress… on avait de l’expérience.. J ! Dans un petit coin de ma tête, j’essayais de me souvenir si ma sage-femme « préférée » serait là mais je n’étais pas sûre. A peine arrivée à la maternité, on m’installe dans une salle et on me « monitore » pour voir où en sont les contractions, elles sont là, bien présentes et régulières mais pas très douloureuses… je surveille si je vois Aurélie parmi les blouses roses qui passent dans le couloir… Une sage-femme entre, on voit les contractions se dessiner sur la feuille et je n’y tiens plus, je lui demande si Aurélie est là. Elle me répond qu’elle commence son service à 21h00 ce soir. Et là…, plus une seule contraction. La sage-femme, pas du tout étonnée après 20 minutes ou plus rien ne se passe… me dit : « Rentrez donc chez vous, mais je ne range pas votre dossier, je le pose sur le bureau, on va vous revoir bientôt »… Nous rentrons, mon mari est un peu déçu d’avoir passé un long moment à la maternité pour finalement rentrer à la maison mais bon, une fausse alerte, ça arrive. Sauf qu’à 22h00, les contractions sont revenues, plus fortes et aussi régulières. Quand nous sommes arrivés à la maternité, nous sonnons, une sage-femme vient vers nous… je me présente et elle me dit : « Nous vous attendions, on nous a dit pour cet après-midi, nous allons vous installer et Aurélie va s’occuper de vous… ». Et ce fut un accouchement absolument magnifique… de la musique douce, de la douceur, une péridurale réussie et à 2h00 du matin, une petite fille paisiblement lovée dans mes bras regardait son papa déjà sous le charme de sa princesse. Je n’oublierai jamais cette nuit là.

Qu’as-tu appris avec ces nombreuses maternités ?

Que l’amour ne se partage pas, il se multiplie. A chaque naissance, mon cœur s’est agrandi.

Que conseillerais-tu à une maman qui hésite à se lancer dans l’aventure « famille nombreuse » ?

Il me semble que le mari doit être moteur aussi et être prêt à être aussi investi que la maman dans la gestion quotidienne des enfants. Mon mari n’a jamais rechigner à changer une couche, il se levait même la nuit pour m’apporter le bébé à allaiter, le changeait et le recouchait pour que je puisse me rendormir vite…ce soutien est si précieux… et après toutes ses années, rien ne change,.. il est toujours aussi investi et pas seulement pour les choses agréables..

Penses-tu à un autre « petit dernier » ?

Nous avons trouvé notre équilibre à 5 et nous avons maintenant 43 et 48 ans. Nous sommes passés à autre chose. Nous pouvons voyager, aller au ciné, skier avec nos enfants, c’est ce que nous avions imaginé avant de les avoir, nos vœux se réalisent. Nous sommes des parents comblés.

Quelque chose d’autre à ajouter ?

J’ai beaucoup parlé de moi, je n’en ai pas l’habitude, J’aimerai juste dire que même si ce n’est pas simple tous les jours, j’adore notre vie à 5 et je souhaite à chaque famille de trouver son équilibre que ce soit à 3, 4, 5, 6, 7 ou plus encore, … C’est la solidité du couple et la communication qui créent l’harmonie familiale. Cela fait partie des valeurs que m’ont transmis mes parents et je les en remercie.

 

Pour suivre Bajibom:

Facebook
Instagram :

Et… ça tombe bien, familles-nombreuses.ch et Bajibom sont partenaires 🙂 15% de réduction sur le site (hors soldes et promotions)!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.