Ce soir, je suis désabusée… triste… et j’ai envie de pousser un coup de gueule, chose qui ne m’arrive pas souvent.
Je réagis à quelque chose qui m’a récemment interpellée, mais ça fait aussi quelque temps que je remarque cette tendance, à savoir que le bruit dérange. Et donc, que les enfants (et les familles) dérangent…

En Suisse, il y a eu, ces dernières années, diverses polémiques sur le bruit que font les cloches de nos églises ou celles de nos vaches, parce que ça dérange. Il y a les wagons silence aussi dans les trains suisses (mais cela peut se justifier par l’atmosphère de travail). Mais, et bravo à eux, il existe des wagons pour les enfants, où ils peuvent se défouler, car oui, un enfant bouge! Il y a les enfants qui sont interdits dans les bains thermaux (alors que ces piscines ont justement la bonne température pour les bébés), sous prétexte de personnes en cure ou en convalescence. Soit…

Mais tout récemment donc, un restaurant de Genève, que je ne citerai pas pour éviter de lui faire de la publicité, a décidé d’interdire les enfants de moins de 4 ans dans leur établissement, parce que “Nos clients, hommes d’affaires, couples d’amoureux, amis ou gourmets de passage souhaitent passer un agréable moment dans une atmosphère calme et reposante. De ce fait, ils voient leur repas gâché par des pleurs et autres crises en tous genres. Nous aimons les enfants mais foison de parents ne sont pas conscients du dommage occasionné à la ronde. Notre clientèle n’a pas a subir ce traitement imposé par simple négligence parentale.”

Le vocabulaire employé relatif aux enfants, “gâché, dommage, subir, négligence parentale”, est quand même extrêmement fort, jugeant et péjoratif. Et ils aiment les enfants…

Si on peut comprendre le fond (moi-même, je dois dire que je suis toute contente d’avoir de temps à autre un repas calme et sans enfants… mais pour ça, je mange chez moi, en ayant placé mes enfants ailleurs… je ne vais pas dans un lieu public où potentiellement, il peut y avoir des clients donc du bruit ou autres sortes de désagréments 😉 ), ça me fait quand même poser la question du pourquoi et du comment… comment en est-on arrivé là, à ne plus supporter le bruit d’un enfant qui pleure? (parce que ce restaurateur a l’air d’accepter les conversations animées d’adultes bien alcoolisés qui ont bien consomme.)

Mais comment peut-on ne plus supporter le bruit des autres? Parce qu’on a le droit d’avoir du calme et du bien-être. Par simple confort. Parce qu’on en a besoin.

Et pourquoi pense-t-on autant à son bien-être personnel? Par pur égoïsme? Parce qu’il y a tellement de bruits partout, de sollicitations, de pressions sociales, professionnelles, etc qu’on n’arrive plus à supporter les autres tellement on est fatigué? On a tellement besoin de calme que s’il y a un bruit, on cherche à le supprimer?
L’être humain “civilisé” est-il mal à ce point-là? A-t-il déjà oublié que les Enfants sont la Vie? Qu’ils sont le Futur? A-t-il oublié que lui-même a été un enfant Vivant (et certainement pas silencieux et impassible sur sa chaise de restaurant ou son siège d’avion)?
Honnêtement, je n’ai pas de réponses toutes faites, mais je me questionne, et je me désole de voir que dans notre mentalité, les enfants dérangent. Dans d’autres régions, les enfants sont intégrés à la vie familiale et les adultes tolèrent leurs bruits. Pour lui apprendre à vivre en communauté, il faut lui montrer le bon exemple. Et ce n’est pas en l’excluant que l’on va y parvenir.

Mais je crois que ce qui me désole le plus encore, c’est que la plupart des personnes qui va applaudir cette interdiction, ce sont des parents eux-mêmes… Qui veulent avoir de la tranquillité et qui ne supportent pas, en ayant payé un repas dans un “bon” restaurant, d’avoir du bruit par les enfants des autres… Ils ne le tolèrent pas, alors qu’eux-mêmes sont les mieux placés pour le comprendre… Un enfant, ce n’est pas un adulte en miniature. Un enfant exprime ses sentiments plus bruyamment qu’un adulte, il vit et il grandit. Certes, l’enfant doit apprendre aussi les règles de vie en société et respecter les autres. Et c’est aux parents de lui apprendre et d’imposer des règles. N’importe quel parent peut vouloir du calme dans un restaurant ou ailleurs, mais on ne peut pas interdire à des personnes d’y aller. Quel que soit le prétexte. Et si un enfant fait du bruit parce qu’il pleure ou qu’il fait une crise, c’est à ses parents de réagir. La plupart des parents sait qu’un enfant, aussi après 4 ans, peut faire du bruit. Certains adultes, alcoolisés (ou parfois non d’ailleurs), parlent fort et rient aux éclats. Mais ils consomment de l’alcool (ça rapporte plus qu’un plat enfant et un sirop), alors on les accepte? On tolère donc le bruit des adultes (qui sont censés être éduqués et donc à être calmes, ou ceux-là même qui applaudissent l’interdiction) et pas celui des enfants, êtres en devenir qui ne se contrôlent pas encore complètement?  On accepte les animaux mais pas les enfants? On fait payer à toute une tranche de la population le comportement inadapté de quelques parents n’ayant pas réagi au mal-être de leur(s) enfant(s)? Personnellement, je n’arrive pas à comprendre ceci, ni qu’on puisse applaudir cette interdiction.

Il y aurait pourtant des solutions pour satisfaire tous les clients, les hommes d’affaires comme les couples d’amoureux (et parents). Pourquoi ne pas avoir une salle avec des jeux? un endroit où on accepte que les enfants fassent du bruit, et laissant tout le monde profiter d’avoir un repas calme dans un endroit reposant?

Si vraiment les gens veulent avoir la paix, il faut rester chez soi, et se faire livrer un bon repas par un super traiteur ou un chef à domicile…  A moins que ces gens-là aient des enfants qui font du bruit? 😉

 

 

Edit du 21.09.2017: le restaurant fait marche arrière et accueille volontiers les familles. Il se targue même d’avoir permis de sensibiliser les parents. Alors on vous dit merci et on reste bouche bée devant vos phrases si belles, tellement à l’opposé de votre post d’il y a 3 jours…

“Un Restaurant est un Espace de sociabilité, de respect, de convivialité et de partage ouvert à tous et à toutes quelque soit leur origine sociale, l’orientation sexuelle, la religion ou l’age.
Nous avons lancé un débat et espérons avoir fait la pédagogie du savoir-vivre ensemble. Plus de 1.5 millions de personnes ont pu lire notre post Facebook sur les enfants au restaurant. Malgré d’innombrables commentaires positifs, la haine s’est rapidement invitée dans le débat entre manifestants de tous pays et c’est bien dommage.”

Laisser un commentaire