Bonjour!

En ce mois de septembre et après une pause estivale, je reprends les témoignages des mamans formidables.
J’ai le plaisir de vous présenter Ségolène, maman formidable et énergique de 5 lutins, âgés de 7.5 ans à 2.5 ans, avec des jumeaux en dernière position.

Est-ce que toi ou ton mari êtes issus d’une famille nombreuse ?
De mon côté nous étions trois enfants, mon mari a juste un frère.

Et fonder une famille nombreuse, c’était un rêve de petite fille ?
Oh oui, j’ai toujours dit à mon entourage que je souhaitai 4 enfants. Au premier rendez-vous avec mon mari, je lui avait dit dit: “Je souhaite 4 enfants, es-tu d’accord avec ça”. Nous avions 19 et 18 ans à l’époque 😊

Comment a réagi ton entourage, ta famille, à l’annonce de ta 4e grossesse (double) ?
Jusqu’à ma troisième grossesse aucune remarque. Par contre, à l’annonce de l’arrivée des jumeaux, ma mère était inquiète pour moi. Dû à la charge de travail que cela allait m’occasionner.

Un rêve devenu réalité!

Raconte-nous une journée type de ta semaine.
Le lundi c’est mon jour de congé, réveil à 6h30, je me prépare puis je réveille mes trois grands pour l’école à 6h55, ils s’habillent lentement, puis vont déjeuner. Pendant ce temps, je m’occupe des jumeaux qui se réveillent. 7h50, les trois grands doivent débarrasser leurs affaires du petit déjeuner et vont se laver les dents et se préparent. 8h07 départ pour attendre le pédibus. Ce jour-là, ce n’est pas moi le chauffeur. Les jumeaux finissent leurs biberons et yaourts. Puis nous allons dans les chambres changer les draps des lits. Je lance rapidement une machine et fait mon dîner pour avoir le reste de la matinée tranquille avec mes enfants. Vers 10h, nous allons nous promener ou à la place de jeux du village ou je jardine un peu. 11h30, je pars à l’école chercher les enfants, je suis cheffe pédibus. A 11h45, nous mangeons. 12h30 je débarrasse, nettoie et couche les jumeaux à la sieste. Pendant ce temps, les trois grands regardent des livres ou font des cabanes avec leurs couettes.
13h20 les deux grands se préparent, départ du pédibus avec mon voisin à 13h30. Après leur départ, nous préparons soit le souper si c’est possible de faire en avance ou alors le goûter, tresses, biscuits ou gâteau suivant l’envie de mon troisième. 14h30 les jumeaux se réveillent. On joue tous ensemble. 15h15, les deux rentrent de l’école. On prend rapidement le goûter parce que les jumeaux vont à la gym parents enfants avec mon mari à 16h. Je profite de ce calme pour faire les devoirs avec mon aîné pendant que les deux autres jouent. 17h30-40, retour des jumeaux et de mon mari. Le moment le plus chouette ;o) 18h15, c’est le souper. Puis c’est le rituel: pyjamas, laver les dents, préparer les affaires pour le lendemain, lire une histoire tous les 7, faire pipi et on se couche. Je passe vers chacun pour qu’ils me disent 3 choses qu’ils n’ont pas aimé puis trois choses chouettes et à qui ils aimeraient dire merci. Bisous, gros câlin et dodo ou si pas encore 20h ils peuvent regarder un livre. Je vais ensuite auprès des jumeaux qui refusent de s’endormir si je ne suis pas dans leur chambre. 21h je retourne dans mon salon pour soit plier du linge, préparer le dîner pour lendemain midi ou travailler sur mon ordinateur.

Qu’est-ce qui est le plus difficile pour toi dans la gestion d’une famille nombreuse ?
De ne pas pouvoir dire à une voisine, tu me les gardes juste une heure, comme le font les mamans d’un ou deux enfants. Les laisser, c’est toute une organisation

Est-ce que tu as de l’aide ?
Oui j’ai une fille au pair qui vient de commencer, mais elle a déjà été une semaine en arrêt accident et deux jours malade. Autrement, mon mari est génial lorsqu’il est là. Étant patron, il ne rentre pas avant 18h30 sauf le lundi et part travailler très tôt vers 5h30.

Qu’est-ce qui te manque le plus depuis que tu as 5 enfants ?
Ma liberté d’évasion. Comme ils sont jeunes, c’est impossible de les laisser seuls. Donc rien que pour aller courir une heure, je dois m’organiser en fonction de l’école, des activités extra-scolaires, de la fille au pair qui n’en garde que trois maximum. C’est parfait fatiguant.

Si tu avais une baguette magique…
J’aimerais une super nounou qui adore cuisiner et en qui j’ai une confiance totale.

Pourrais-tu partager avec nous de beaux moments de grossesse ou d’accouchement ?
Chaque accouchement a été incroyable. Mon aîné qui est arrivé le jour j du terme. Un joli garçon qui nous a fait devenir parents. Ma fille qui a traîné à arriver puis, une fois décidée, m’a fait découvrir qu’un accouchement sans péridurale, cela pouvait être super. Mon troisième, avec qui nous avons ce lien si fort. Qui m’a prouvé que oui, je pouvais allaiter. L’accouchement a été plus difficile dû à son grand gabarit, 4.370 kg. Et pour terminer, cette grossesse que je souhaitais plus que mon mari et qui a fini de former notre grande famille. Les jumeaux m’ont prouvé qu’une grossesse gémellaire pouvait se passer aussi bien qu’une autre. J’ai, avec eux, découvert un autre style d’accouchement, une césarienne. Je l’ai finalement très bien vécue, cette rencontre. Je vous avoue que c’était assez intimidant de rentrer dans ce bloc froid avec tout ce personnel hospitalier, à double puisque c’était des jumeaux. Mais mon mari était au près de moi, le personnel était super et surtout, j’ai enfin rencontré mes bébés.

Qu’as-tu appris avec ces nombreuses maternités ?
Pas un enfant ne se ressemble, une solution fonctionne avec un mais pas forcément avec un autre. Rester ouverte et toujours à l’écoute des besoins de chacun.

Que conseillerais-tu à une maman qui hésite à se lancer dans l’aventure « famille nombreuse » ?
C’était un rêve et j’ai pu le réaliser. Les journées sont riches, on ne s’ennuie jamais. Les enfants sont impressionnants dans leurs intelligences et leurs énergies.Mais c’est un engagement à vie et aussi un budget. Si les parents y pensent, c’est qu’ils savent déjà qu’ils vont s’agrandir, selon moi 😉

Penses-tu à un autre « petit dernier » ?
Non, c’est unanime des deux côtés, 5 enfants, c’est suffisant. Nous sommes des gens actifs dans le sport et dans notre profession, donc plus d’enfants implique de devoir arrêter un domaine et c’est exclu pour nous.

Quelque chose d’autre à ajouter ?
Nous faisons tout pour que nos enfants puissent vivre leur enfance comme un enfant d’une petite famille. Il a une fratrie mais peut aussi avoir des moments seuls avec nous ou avec leurs parrains -marraines. Je ne souhaite pas que notre choix soit un fardeau mais plutôt un privilège. Pour l’instant, ils sont très fiers de leur famille, pourvu que cela dure.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.