Ami du farniente et de la grasse matinée (que je déteste donc !), bonsoir !

Pour apprécier à sa juste valeur un job de merde, cher lecteur fidèle et à la vie trépidante, l’agenda de ton temps libre est primordial… Illustration et cas pratique, pour te remonter le moral et que tu chérisses ton statut de gilet jaune pauvre et démuni !

Il y a quelques weekends, dans la pampa vaudoise…

Ca avait commencé à 9h, après un rapide petit déj, par beau-papa qui débarque, comme prévu, avec 720kg de bois… En 1 heure et quelques, le bois est rangé, la remorque vidée, Le Père imagine déjà que son dos lui fera payer chèrement ces velléités de travail manuel. A son âge canonique, il devrait connaître ses points faibles, mais le chapitre « bois » pourrait bien, cette fois, être clos pour la saison, ce qui ne serait pas plus mal !

Le Père amène aux échecs no 2 et 4 pendant que Madame amène no 3 aux scouts. Quelques courses sont nécessaires et Le Père y va, accompagné de no 2, avec la joie et la pupille brillante, tel le raton laveur qui va passer à la casserole dans un restaurant chinois.

A son retour, Madame a préparé no 3 pour l’anniversaire d’un copain… Une maman a décidé, pour une raison que Le Père peine à comprendre, d’organiser un anniversaire-soirée pyjama avec 6 copains, en plus de son fils ! Quel courage, enfin quelle folie !

Le lendemain, à l’aube, parce qu’un vrai hobby se doit d’être le plus désagréable possible, histoire de te faire presque désirer rentrer à la maison pour te frotter aux punks, Le Père part retrouver son acolyte de course et une volontaire recrutée sur un groupe Facebook de trailers invétérés.

Départ de Givrins à 6h du matin, à la lueur des frontales, sous la pleige…

Pas encore de la neige, plus totalement de la pluie… Ca ne tombe pas trop fort et se transforme en vraie neige une fois que l’on a commencé à monter, ce qui n’est pas désagréable, et monter dans la région, c’est quasiment dans tous les sens ! Nous atteignons les fruitières de Nyon, dans la pampa et dans la neige, où nous faisons une petite pause ravito, avant de redescendre. Pour une fois, et c’est à signaler d’une immense boule de neige dans le calendrier électronique, Le Père n’est pas le dernier… Comme quoi tout peut arriver avec le temps… Très longtemps !

Petite sortie, 16km dans la neige, sans grande difficulté, mais c’est bien de se bouger la couenne de temps à autre et l’hiver ne rend pas forcément la chose aisée… Le dénivelé est aussi bon à prendre, malgré les genoux qui piquent un peu.

Le reste de la journée est plus calme… Enfin du point de vue des activités physiques, jeune futur père, tu te doutes bien que la prochaine fois que tu pourras vraiment te détendre, à la fraîche, en te touchant sur le canapé dans un silence perturbé uniquement par Schubert, sera quand ton dernier punk aura quitté la maison pour ses études à Niuatoputapu ou Tafahi… Ou lorsque tous seront mariés et auront donc décidé de consacrer la majorité de leur temps à leur chère et tendre plutôt qu’à ruiner ta maison, faire claquer chaque centimètre carré de pelouse que tu tentais naïvement de faire pousser et pourrir chaque minute de ton temps libre par des crises, cris, vomissements, éruptions cutanées ou que sais-je encore !

Malheureusement, pour ceux d’entre vous qui ont déjà des enfants grands dont ils pensent être débarrassés à jamais, je dois doucher rapidement vos maigres espoirs… Plus tu as de punks, lecteur adoré et inconscient, plus la probabilité, que dis-je le risque, existe qu’ils souhaitent, malgré tes recommandations les plus pressantes, faire à son tour des rejetons… Et là c’est la porte ouverte à toutes les fenêtres !

Ta belle-fille, respectivement ton beau-fils, n’aura pas, lui, ta classe naturelle et ton don inné pour l’éducation des merdeux ! Mais, et c’est bien humain de sa part, il voudra très vite lui aussi se débarrasser de ses punks, on ne peut lui en tenir rigueur… Il lui prendra l’envie pressante de vous les prêter et, sous réserve que tu les rendes plus ou moins entiers, sans les avoir mis en vente sur le dark web à un réseau colombien de trafic d’organes, il se dira que tu représentes ma fois une nounou fort acceptable et économique…

Avant que tu ne tombes dans ces travers, Le Père prépare un guide de lutte contre les punks² (les punks des punks) pour la modique somme de CHF 9’998.50 (la quiétude et le repos sont à ce prix !). Les préceptes sont simples : le lendemain du départ du dernier punk, s’ils vivent en Europe, tu brûles ton domicile et fuis, avec l’argent de l’assurance et de ta maigre retraite, pour une région chaude et très, très, très, très, très retirée… L’exemple de Niuatoputapu et de Tafahi est bon si les punks n’en ont pas connaissance. Se perdre dans la jungle birmane est une alternative envisageable aussi pour autant que : tu sois à plusieurs jours de marche ou de piste de tout aéroport, même local, et dans une zone où tu ne risques pas de voir débarquer Lopez et son équipe de « en terre inconnue » avec une star anorexique à la mode qui va te gonfler après 5 minutes…

Je ne saurais trop conseiller également de laisser des traces qui laissent penser que tu es décédé ou a été enlevé par des extra-terrestres, disparition préparée en amont par l’acquisition d’une nouvelle identité auprès de la mafia calabraise (ils ont aussi des enfants et compatiront à ta douleur si tu annonces le nombre de punk que tu as, ils t’aideront !)…

Nan, Le Père rigole… C’est que du bonheur… L’autre jour, les 6 punks étaient à table et ne se sont pas foutus dessus, n’ont pas gloussé niaisement, personne n’a roté, ils étaient calmes… Entre 18h29’17’’ et 18h29’19’’. Faut pas dramatiser, il y a aussi des bons moments ! Et la solidarité, la camaraderie, l’esprit de corps et de famille…

La princesse :

« Papa, je peux assassiner mon frère avec la chaise ?! »

« Non mon poussin, on a encore besoin de la chaise pour numéro 6… »

Heureusement, tu es plus zen qu’un bonze tibétain au bord de l’overdose de Tranxène…

Mais revenons au gai quotidien et à la joie sans limite de la famille nombreuse… Il n’y a pas toujours explosion de couche ou vomi partout… Bon, assez souvent, mais pas tout le temps, quand même !?

No 2 a passé le début de la semaine au domicile, à la suite d’une fièvre passagère qui l’a bien calmé pendant le weekend. Junior nous fait une Schumacher (il végète sur le canapé ou le lit) et débute la semaine encore détruit…

@familles-nombreuses.ch

C’est quand no 6 commence à avoir l’air désespéré, regard dans le vide, bouillant et amorphe, que les parents normaux commencent à s’inquiéter… Oui, normaux, mais pas de famille nombreuse ! Donc on couche junior et s’occupe des autres. Il respire par le nez bouché et le bruit approche celui que ferait un cancéreux de 297 ans, auquel il ne reste qu’un poumon et qui respire difficilement par le tuyau de sa trachéotomie… Le bruit où on sent les bulles et le mucus… (Je suis content d’avoir ruiné votre repas et de déclencher cet air dégoûté !)

Le Père a quand même un peu pitié de lui, c’est le plus jeune après tout, et lui met des gouttes magiques d’huiles essentielles sur son doudou (enfin le chiffon odorant mais tout doux qui lui sert de doudou) et coupe un oignon dans une coupelle placée près de son lit…

Les autres sont couchés sans histoires… Enfin dans le brouhaha habituel, mais sans complication majeure, pour être exact. Les parents mangent en morse…

Manger en morse, c’est comme dormir en morse, si tu n’es pas parent, tu ne sais pas que c’est possible, futur jeune père, après c’est malheureusement ton quotidien… Donc privilégier les plats trop chauds, que tu mangeras froids de toute façon – bien essayé lecteur joueur ! – ou de la salade… De toute façon, ça ne sert à rien de vouloir manger assis, ça doit déjà te paraître évident !

Donc Le Père et Madame montent à tour de rôle pour essayer de diminuer les souffrances de junior… Enfin ses gémissements plaintifs, cher lecteur sensible et humaniste, sa douleur ne dérange pas s’il peut souffrir en silence !

Quand Le Père, fatigué, monte changer junior, vérifier s’il bouge encore et s’il a battu un record de fièvre (39.7C tout de même, pas mal pour 2 ans !), junior semble mal en point… et vomi. Le Père est leste tel l’eucaryote enragé, mais ni sa vitesse ni son agilité n’empêche junior de viser en partie à côté du récipient prévu à cet effet… Décidément, les punks ne font vraiment pas d’efforts…

Junior hurle ! Il n’aime pas vomir mais surtout c’est maintenant sale par terre et il déteste la saleté dans sa chambre… Ca doit venir du côté de sa mère cette propension à la propreté et est, heureusement, assez rare auprès des autres punks !

Changement de pyjama, body, chancelière et junior est recouché prestement.

Donc, no 6 fait des nuits pas terribles, ce qui change des 3-4 visites de no 5 par nuit… Non, il n’est pas malade, mais est opposé au principe du repos parental, par conviction idéologique… Pour éviter que tu aies le courage de finalement l’emplâtrer et l’attacher au gros scotch brun à son lit, il conclut régulièrement ses visites par :

« Maman ? »

« Mmmmoooouuuuuaaaaaiiiiii ? »*

*quoi mon ange ?

« Je t’aime ! »

Un peu plus tard, dans cette délicieuse semaine… No 6 a développé une peau toute grumeleuse de petit lépreux, du plus bel effet, avec une teinte rouge gonflée… Avant il faisait peine à voir, là Le Père hésite à le traîner dehors pour faire la manche, convaincu qu’il pourrait rééquilibrer rapidement le budget ou prendre de l’avance pour les universités des punks : EPFL, Yale et Harvard ne sont pas données de nos jours !

Le Père est allé courir, à la frontale, pour profiter du froid et des étoiles et savoir pourquoi il a mal aux genoux… A son retour, Madame va assez vite se coucher. Epuisé par une semaine classique : déficit de sommeil 30 heures, il souhaite se coucher vite.

Après avoir rangé ce qui pouvait humainement l’être, il monte faire la tournée habituelle : no 3 et 5 sont recouverts, no 6 est changé et réapprovisionné en biberon et il monte couvrir les 3 qui occupent le dernier étage…

Dès le palier, il comprend qu’il y a mammouth sous gravillon : no 4 ronfle entrecoupé d’un sifflement inquiétant. Le Père repart pour un étage d’escalier (se jurant au passage de retrouver l’architecte qui a prévu la maison sur 3 niveaux, sans ascenseur, et de le travailler à la médiévale dans sa cave…) et met des gouttes magiques sur ses doudous… Il surveille un moment et quand la respiration s’est calmée, il va enfin se coucher.

Pourquoi enfin ?! Ben parce que c’est la 4ème fois qu’il se couche après 1h30 cette semaine et qu’il commence à en avoir un peu ras la patate !

C’est à 6h30 du matin, alors que Le Père peine encore à sortir la tête qu’il a au fin fond du c…, assis semi conscient sur les toilettes, qu’on frappe à la porte. Madame a la voix pressée et un sifflement l’accompagne… No 4 est en crise, pleure et respire très mal…

Douche sur position « grand brûlé » et production de vapeur intensive. Avec la dose d’Algifor et la vapeur, il se calme, mais vu sa tête et son état, Madame ne va pas pouvoir l’envoyer à l’école…

Le weekend est bientôt là ! Repose-toi, futur jeune père, et dort pendant que tu le peux, impossible de prendre de l’avance, mais tu peux au moins savourer ces moments qui vont disparaître à jamais à la naissance de no 1 !