20 octobre 2013

Ma femme souhaitant faire du sport (ça arrive même aux meilleurs…), ce qui ne lui fait pas de mal (je n’oserais pas dire qu’elle en a besoin, c’est juste que taper ses enfants ne devrait pas être la seule activité physique d’une personne, fut-elle mère de 4 punks…) et la détend. Elle part donc ce matin et me laisse seul, enfin pas tout seul, justement c’est là le problème!

Les punks sont réveillés, fâchés par l’abandon maternel, la pluie, le manque de sommeil, le fait de ne pas avoir une tablette chacun, comme les voisins, ou une DS, comme les voisins, ou une WII, comme les voisins toujours, le refus de la Corée d’entrée en discussion avec son voisin, les expulsions en France ou le dernier rapport du GIEC… enfin ils sont d’humeur massacrante – le caractère doit probablement venir du côté de ma femme – et s’accrochent dès le petit déjeuner, comme d’habitude.

Pour ma part, suite à une nuit pourrie de vendredi à samedi (réveillé à 3h15 par numéro 3, je ne me suis pas rendormi… toujours sympa de ne pas trouver le sommeil quand, pour une fois, tous les punks dorment et qu’on pourrait dormir!), j’ai dormi comme un bébé pendant 7H53 et suis plus zen qu’un bonze à la retraite. Après le départ de ma femme, je tiens donc près de 35 secondes avant de commencer à hurler.

Alors que les grands débarrassent leurs affaires (des années d’éducation stricte et de menaces), je vais libérer numéro 4 qui commence à se faire entendre… et surtout sentir! Passage au stand et première bonne surprise de la journée : junior n’est pas pourri, comme je le craignais, il a juste explosé sa couche ainsi que son body! J’hésite à faire une photo des fesses écarlates pour le faire chanter plus tard durant l’adolescence, mais il faut faire vite: d’en bas monte la clameur de numéros 2 et 3 en train de se mettre sur la tronche…

Je couche numéro 4 (je l’ai naturellement changé, pas par charité, mais parce que l’odeur n’était pas tenable jusqu’au retour de sa mère) pour sa sieste matinale et après avoir puni numéro 2 et menacé les deux autres, les mets devant un DVD… Oui, nous avons cédé à la facilité, d’un autre côté, au prix de la recharge Taser ou de la munition Flashball, ainsi que les frais de justice en cas de dénonciation, l’abrutissement Disney est un moindre mal!

Donc ils se battent pour savoir ce que je vais leur mettre, et je finis par choisir, las de ces cris et couinements… Et là je dois dire que j’ai eu un moment de répit, bref certes, mais appréciable par tout père de famille nombreuse! J’en ai profité, là aussi comme tout père de famille nombreuse, pour vaquer à mes loisirs : préparation de repas pour les quelques jours à venir, vider un lave-vaisselle et autres activités à haute valeur ajoutée.

Repas de midi sous haute tension, forcément, c’est un repas! Mais en père malin, j’ai fait des pâtes, et comme les punks adorent les pâtes, il n’a fallu les menacer et hurler que pendant la première partie du repas (sauf numéro 3, qui mange de tout et en grande quantité, comme si on ne l’avait jamais nourri durant les repas précédents… lui fait l’andouille par solidarité avec ses frères et sœur). Numéro 4 ne souhaitant rien manger, et malgré l’état de sa couche précédente, je finis par lui donner une pomme et deux sérés…

L’après-midi s’annonce aisée : nous sommes dimanche et j’essaie – tant bien que mal – d’instaurer l’habitude de ranger toute la maison tous les dimanches… Discussions, couinements, hurlements et menaces, les punks (les trois plus grands, numéro 4 marchant à peine) se mettent en route. Rangement, pleurs et hurlements, ils descendent tous, les uns après les autres, avec des bosses fraternelles et la larme à l’œil. Je les console et les renvoie à la tâche, on ne m’attendrit pas, moi!

Après re-remplissage de lave-vaisselle, je m’aperçois qu’une drôle d’odeur émane à nouveau de numéro 4… Passage au stand, et là, c’est le drame! Autant il avait fait une bombe ce matin, autant là, l’explosion n’a pas été contenue… le pantalon a pris cher et je décide de laver le morveux, plus économique que d’employer 300 lingettes sur son derrière à vif – en plus avec sa voix c’est un coup à perdre l’ouïe! – et moins dangereux : en le déshabillant dans la baignoire, je devrais moins me salir (soyons pratique)!

Junior, fesses cramoisies, s’emploie à ne pas laisser un millimètre carré de salle de bain sec, absorbé par une joie juvénile aquatique… Lorsque cette scène père-fils digne d’une pub nivea est troublée par l’arrivée de ma fille…

Numéro 2 – qui hurle son démenti de l’autre bout de la maison – a joué avec une crocs et réussi à éclater une ampoule installée bêtement au plafond… Note pour les parents qui sont sur le point d’avoir des enfants : renoncez à l’éclairage (crocs volantes ou ballons ou tout ce qu’il y a d’autre qui peut être jeté en l’air), aux canapés (trous et stylo), aux murs (stylo, peinture, tête du petit frère,…).. enfin renoncez à tout!

Donc je nomme temporairement numéro 1 responsable préposée au bain, avec ordre de ne pas lâcher numéro 4 des yeux et descend pour enlever le verre de l’ampoule, avant qu’avec leurs pieds nus 2 et 3 n’aillent en mettre dans toute la maison. 2 file dans sa chambre, parce que merde aujourd’hui ça commence à faire beaucoup, et 3 va attendre sur le canapé en faisant l’andouille, on ne change pas une équipe qui gagne.

Numéro 4 sort du bain avec deux bosses, heureusement que j’avais dit à ma fille de faire attention, et à l’arrivée de ma femme, la maison est presque rangée, les enfants sont calmes, en train de manger leur goûter… Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes…

Bonne semaine!

 

Retour à Chronique du père indigne

One thought on “03 – Dimanche sous la pluie…

  1. C’est vrai que les enfants étaient cool au goûter ! Mais Papa était tendu, c’était d’avoir trop crié ? ; ) ! Bisous
    Maman est tous les jours nettement plus détendue, comment fait-elle ? Elle se ressource avec un moment sympa de temps en temps (sport, bonne croque et compagnie, …) !

Laisser un commentaire