Amis de l’école et des loisirs, bonsoir !

Maman, papa, j’ai quelque chose à vous dire… Le Père n’en mène pas large, a perdu de sa superbe, il fait face a ses parents, seul… Bon, ben vous savez… je ne sais pas comment vous le dire… Bon, je me lance… On a fait des tests, c’est confirmé… Numéro 2 est HP !

Il est quoi ?!?!

HP, Haut Potentiel, enfin un surdoué quoi !

« … ».

Je sais, c’est un choc, il nous a fallu un peu de temps pour l’accepter aussi. Mais bon, on le sait maintenant, on va pouvoir faire ce qu’il faut… Ça devrait bien se passer…

Mais, t’es sûr ? On pensait plutôt qu’il est hyperactif, juste mal élevé ou chiant…

Un grand merci à mes parents de m’avoir toujours témoigné un soutien inconditionnel et total, dans chaque phase de ma vie… Savoir qu’on croit en moi et qu’on m’a toujours considéré fait chaud au cœur. Un psy, même un qui n’aurait pas fini totalement ses études, vous dirait que cela peut expliquer bien des choses, entre autre pourquoi Le Père indigne est indigne…

Bon, ok, on va faire dans l’ordre…

Madame revenue, le chaos habituel est revenu sur notre foyer dévasté. Je dois récupérer 2 punks lâchement laissés à des anniversaires… Récupération de numéro 2, puis je vais chercher numéro 3, scène désormais presque classique : la maman qui organisait l’anniversaire me dit : « votre fils ne voulait pas de gâteau d’anniversaire… Je lui ai demandé ce qu’il voulait, il a dit une poire ! ». Elle a l’air inquiète, mon fils n’aime pas les gâteaux, ce n’est pas normal… « Désolé, il n’aime pas trop les desserts… et qu’est-ce que vous avez fait ? » « Je lui en ai donné une ! ».

Conclusion, soit cette mère est une sainte (enfants tous sages, premiers de la classe, musique classique à la maison, ils dessinent sans dépasser les traits – et pas sur leur petit frère ou sur les murs – ils se vouvoient et sont calmes, pas un son ou une mèche ne dépasse… je la déteste si tel est le cas !), soit elle n’a pas 5 enfants, ce qui semble l’explication la plus plausible, et a donc encore le temps de répondre à chaque desiderata des merdeux… Effrayant.

Le lendemain, préparation de pique-nique, les punks bruissent et se cherchent, excitation et provocation de la nouveauté à venir…

A la suite d’un test de QI de numéro 2, basé sur certaines suspicions : junior est hyper hyper sensible, vif, possède une créativité illimitée (en particulier pour faire des conneries), a fini d’apprendre à lire tout seul, multiplie et divise avant 7 ans, a des grandes difficultés à dormir et à gérer ses émotions… Il commence à déranger en classe et s’ennuie… Nous contactons l’école. Un pédopsy scolaire me rappelle (Madame ne fait pas grand-chose en dehors de ses hobbys – lave-linge, lave-vaisselle, fer à repasser, punks et site internet, mais il y a une chose qu’elle ne fait vraiment pas, c’est donner son numéro de téléphone pour qu’on la rappelle, surtout s’il s’agit de l’administration ou de quelque chose d’important ou ennuyant…): Vous comprenez, Môssieur, tout le monde veut un enfant surdoué de nos jours et l’école ne peut pas payer un test pour chaque élève !

Alors, je calme tout de suite le pédopsy de l’école : non, moi je serai prêt à payer cher pour qu’il ne le fût pas, pour être clair, je ne veux pas savoir s’il est HP ou pas, je le sais déjà, je veux juste mettre en place un suivi pédopsy et m’assurer qu’on adapte son programme scolaire pour éviter qu’il ne s’ennuie et se retrouve en échec rapidement ou que vous tentiez de m’imputer la dépression ou le suicide de son enseignante… Ah, d’accord, excusez-moi mais nous avons beaucoup de demandes…

Préparatifs de pique-nique, donc : menaces, hurlements et insultes, tout le monde monte dans le Bus et nous partons pour le pique-nique annuel de l’ASEP Vaud (Association Suisse des Enfants Précoces)… C’est une première pour tout le monde, numéro 2 devrait être dans son monde, nous aimerions discuter avec d’autres parents pour apprendre à mieux gérer certaines phase (à la louche, du réveil au moment où ils dorment, à 2-3 heures près…), saut dans l’inconnu pour tout le monde !

Dans un gymnase, plusieurs tables. Nous nous installons. Ne reste que numéro 4 (fiévreux, il reste collé à son père) et numéro 5 (pas le choix, il ne peut pas partir, il est coincé dans la poussette ou sur sa mère : dura vix, sed vix, ou un truc du genre, c’est la tuile).

On nous souhaite la bienvenue, on nous met tout de suite à l’aise et je vais voir où ont disparu les 3 grands… Ils sont absorbés dans la contemplation d’un spectacle d’improvisation qu’un artiste, venu à cet effet, organise avec les enfants… Entre ça et tous les autres enfants, nous ne verrons quasiment plus les 3 grands jusqu’à notre départ et c’est une bonne chose !

père indigne 2

Pris sur c-est-quoi.com

Nous pique-niquons et commençons à poser des questions et nous intégrer dans des discussions, comme des gens normaux… Le Père est un véritable caméléon et peut se fondre dans chaque environnement avec la facilité et le naturel de l’hystricognathe  en bordure de cours d’eau. Spectacles des enfants et plus de discussions pendant que les enfants jouent et courent partout. Pour la première fois de notre courte et humble existence, les punks ne sont pas les plus bruyants et les plus agités… Ça ne console pas, mais ça soulage : ce n’est peut-être pas juste un manque de coups de pieds au c… Contrairement à ce que d’aucuns pensent ! Tous les enfants présents semblent sous crack ou speed et personne ne s’en plaint pour une fois!

Au moment de partir, c’est naturellement avec grand plaisir que les punks posent ce qu’ils faisaient, prennent poliment congé de leur copain du moment et se rendent au MPPT dans le calme, en se tenant la main et entonnant un chant grégorien…

Je rigole ! Numéro 1 hurle et part se cacher avec sa nouvelle meilleure copine. Je suis le plus mauvais papa du monde et veux ruiner sa vie et qu’elle soit malheureuse! Numéro 2 n’est pas content, mais finit par rejoindre sa mère en direction du Bus… C’en est presque louche : il ne résiste pas, ne hurle pas… Il doit être malade !? Je pars chercher numéro 3, qui a pour projet d’assommer un garçon plus vieux (et un peu plus grand) que lui et qui l’a embêté. Négociations (tu noteras, cher lecteur/trice, que je n’ai pas menacé, cette fois, suite à une récente et très probablement extrêmement éphémère résolution de plus travailler sur la pédagogie, plutôt que la violence… Ca marche moins bien, c’est plus dur pour les nerfs, mais il paraît que c’est mieux…) et tout le monde regagne le Bus, fâché certes, mais dans un calme relatif.

Dimanche nous apprenons la naissance du fils de ma petite sœur… Oui, lecteur fidèle, la réalité est fort difficile à accepter : Le Père, bien que toujours frais et pimpant, a une petite sœur qui est en âge de donner naissance ! Junior est splendide, sa mère va bien et semble en être raide dingue (c’est le premier, c’est comme son premier jeans, on y tient beaucoup ! Après 4 ou 5…) comme il se doit.

Dimanche en fin de journée nos voisins viennent manger chez nous. Notre maison est propre – comme neuve je dirais – et rangée, les enfants sont calmes et lisent tranquillement sur le canapé enveloppés délicatement par un filet de musique classique… Nous sommes naturellement prêts depuis longtemps, Madame met la touche finale à un plat léger et équilibré (Croziflette – comme une tartiflette, mais avec des petites pâtes à la place des patates et en moins léger…), déjà prête et maquillée, avec juste une trace de farine sur la joue, tout va bien…

Nous demandons aux voisins s’ils sont vaccinés contre les maladies connues, dont la rage, le palud, le choléra et Ebola, compte-tenu de l’état de la maison. Ils ont deux enfants mais leur intérieur ne ressemble pas à une zone de guerre, eux, ou à un magasin de jouet qui aurait été frappé par une bombe de la coalition (vous savez, celles qui ne font pas de bavures)… Nous nous rassurons en nous disant que c’est probablement lié au nombre d’enfants… Tout en sachant que c’est peu probable, mais savoir se mentir à soi-même est la base de la zénitude quand on a trop de punks, pas de femme de ménage, ni de nounou, ni trop d’aide régulière ou que l’on n’est pas un maniaque du nettoyage et du rangement (avec 5 punks, passer la journée à leur courir après avec l’aspirateur et la serpillière signifie simplement que la maison ressemblera à un camp de manouche le soir, pas forcément qu’elle sera plus propre…)!

Le Père passe à la maternité lundi en début d’après-midi voir sa petite sœur. Chambre commune, les beaux-parents sont là, gagas comme il se doit. Photos et rephoto (si je ne documente pas, je vais me faire choper par Madame, en manque de nourrisson). Mon beau-frère et son père posent un body du Real Madrid sur junior endormi pour une photo pour les copains. Je me fais une note mentale d’offrir un tee-shirt de l’OM ou de l’Atletico Madrid à chaque anniversaire du petit, pour contribuer à maintenir la bonne ambiance familiale.

Bises et félicitations sont de rigueur, je propose par principe un peu d’aide à ma petite sœur qui ne sait pas encore dans quoi elle a mis les pieds en faisant un enfant… Tout en priant pour qu’il soit sale, mal éduqué, impoli, turbulent (très), bruyant (insupportablement) et hyperactif… Je sais c’est égoïste, mais c’est le seul moyen que mes parents nous foutent un peu la paix, merde à la fin, chacun pour soi et les églises seront bien gardées (Hominus mini, et pecat, molini dubitandum – ça ne veut rien dire, mais je suis très énervé !) !

C’est toujours pareil, je sais que c’est moche, et pas très sportif, mais comme disait très justement mon père : si tu es dans l’eau avec des copains et qu’il y a un requin, l’important n’est pas de nager plus vite que le requin, mais plus vite que tes copains ! C’est pareil : plus il y a d’enfants désagréables et chiants, plus les punks paraîtront sages et sympas, il faut donc encourager les enfants chiants !

Semaine tranquille. Mercredi soir, nous sommes de sorti : pique-nique de la classe de numéro 3… Nous y allons tôt (on doit y être à 18h), pour assister à quelques chants en classe, puis tout le monde dehors pour une grande ronde parents-enfants avec des chants des enfants…

Mes lecteurs les plus assidus doivent bien s’en douter, je suis totalement fan de ce genre de manifestations qui, fussent-elles organisées par une religion quelconque, vous feraient incarcérer pour sectarisme dans le meilleur des cas !

père indigne 3

Le lémurien danseur… madabootik.com

Je sais que les maîtresses ont un métier difficile, que les enfants sont insupportables (c’est quand même pour ça qu’on les met à l’école, non !? C’est pour avoir la paix… s’ils apprennent quelque chose, c’est malheureusement un dommage collatéral… Il n’est pas facile de les garder dans l’ignorance la plus crasse, même si ce serait tellement plus simple ainsi!), et qu’elles mériteraient d’être vraiment payées pour s’occuper, toute l’année, de nos rejetons, mais elles savaient plus ou moins ce qu’elles faisaient quand elles ont signé ! Il demeure que cela n’excuse pas ces vengeances organisées régulièrement pour punir les parents, à chaque occasion… L’humiliation, la tentative d’assassinat par endormissement ou abrutissement… Ca suffit !

Grâce au jeûne fédéral Genevois (je comprends rien à cette coutume : il y a un jeûne fédéral qui est fédéral principalement dans le cantons de Vaud, le jeûne Genevois et des tas de cantons qui ne font ni l’un ni l’autre… avouez qu’il y a plus clair comme congé !), je reste à la maison une journée jeudi, avant de retourner à la mine.

Le week-end de tous les dangers approche pour ma silhouette de lémurien danseur (moins poilu que l’animal, certes): anniversaire des 40 ans d’un pote, et néanmoins parrain d’un des punks, et Bénichon, grand-messe du cochon, du chou, du gigot d’agneau et des meringues à la double crème ou plus simplement du gras.

Le week-end approche, reposez-vous, trop manger fatigue aussi !

 

Laisser un commentaire