Amis du calme et de la solitude, bonsoir !

4 pages. Le planning de la semaine tient en 4 pages A4 de notes manuscrites de Madame… En même temps, je me dis que si Madame peut le faire, ça ne doit pas être si compliqué… Je me dis que comme elle ne fait pas grand-chose et qu’elle a beaucoup de loisirs, ça va être une semaine de repos…

Madame embrasse les punks à l’aurore (oui, 7h20 c’est encore l’aurore !), puis prend son sac à dos, avec ses bâtons, et m’abandonne à mon triste sort. Enfin seul ! La semaine commence et les punks sont énervés par ce départ et cette absence annoncé… Ça va chauffer !

C’est simple : chaque jour commence par un réveil à 7h25-30 pour les punks, suivi d’un petit déjeuner cc… Close combat : je t’insulte, te provoque, râle, couine et me fais chopper par un Père qui a un sens de l’humour peu matinal, force m’est de le constater, ami lecteur… On ne peut pas avoir toutes les qualités non plus, il faut en laisser un peu pour les autres pères !

Petit déjeuner, départ à la bourre pour l’école, avec tout le monde dans le MPPT (Le Bus), je pose les 3 grands à l’école, puis vais poser numéro 4 à la petite école… Et là, c’est le drame ! Numéro 4 y va pour la 3ème fois, il a la lèvre qui tremble, me demande – me supplie presque ! – d’une toute petite voix de ne pas le laisser et me dit qu’il ne veut pas y aller…

Le Père a le cœur endurci par son entrainement de commando des forces spéciales / Navy Seal et des années d’expérience, il n’a pas la larme à l’œil – le Père ne pleure pas, au pire il transpire des yeux ! – ni le cœur gros d’abandonner son bébé à une torture certaine… Mais ça pique et junior fait peine à voir…

Retour à la maison avec de bonnes résolutions : je dois nettoyer tout de fond en comble, poncer table et bancs de la terrasse (deuxième fois, saloperie de vendeurs qui m’avait promis qu’il n’y avait pas besoin de sous-couche… Il fera partie de la première cuvée de personnes pendues par les pieds, le long de l’autoroute, dès que je serai dictateur du canton de Vaud !), trouver un meuble pour les chaussures des punks dans l’entrée, ranger les chambres desdits punks, re-nettoyer, ranger le garage (dangereux, compte-tenu de l’état du garage, risque d’éboulis, de morsures de rats, probablement de la taille d’un dogue allemand ou de piqûres d’araignées géantes), ranger la cave, re-re-nettoyer, peindre la table et les bancs susmentionnés, laver les vitres, construire un abri pour le bois, ranger le bois, contacter notre assurance maladie, doucher les punks 2-3 fois, re-re-re-nettoyer…

Bien que la liste soit assez simple et courte, je suis pris d’un affreux doute à son énoncé… Je retrousse mes manches, change numéro 5 (comment une chose aussi petite peut puer autant tout en souriant ?!) et le couche. Ranger de lave-vaisselle, puis je passe à l’offensive : sieste !

Ok, c’est un mauvais exemple, mais il vaut mieux être un peu reposé pour attaquer les hostilités… Réveil tête au fin fond du trou du… – enfin vous voyez ! – avec une sorte de bruit gênant qui n’arrive pas à percer totalement les limbes desquelles je tente de m’extirper… Pas mon réveil… Pas le téléphone… Ah oui, numéro 5 vient de se réveiller et hurle…

Je récupère le punk et prépare un repas pour les autres. Je vais chercher numéro 4 puis vais chercher les 3 grands derrière l’école… Je ne suis pas en retard, je fais exprès d’arriver après l’heure pour les habituer à attendre un peu : enseignement de la frustration!

Repas animé, comme toujours, je les repose à l’école, sans oublier le sac de gym de mademoiselle. Je retourne les chercher à 15h – déjà ! L’école ne nous en débarrasse finalement pas très longtemps ! – et ai une remise partielle de peine : le basket ne commence pas cette semaine pour ma fille. J’amène numéro 2 au judo pour 18h, je dois aller le chercher une heure après et ramener un de ces copains chez lui. Numéro 3 profite de mon absence pour monter sur la table, avec la nappe, faire l’andouille et ajouter une bosse à son palmarès, quand la nappe glisse et qu’il quitte précipitamment la table pour le carrelage… Heureusement pas de dégâts (au carrelage, junior est solide, je n’étais pas inquiet…) !

Oui, laisser sa sœur et lui seuls à la maison, alors que ma fille finit ses devoir et qu’il joue tranquillement (enfin bruyamment, mais dans son coin… Numéro 3 ne fait quasiment rien sans bruits atroces et irritants) n’est pas malin, mais je ne souhaitais pas me battre une fois de plus… Et junior collectionne les bosses de toute manière.

La maman du copain reconduit, reconnaissante, m’offre un pot de confiture et un fantastique gâteau au chocolat… Je remercie et rentre. Il faut savoir que, depuis l’anniversaire de numéro 4 avec ses parrains et marraines, dimanche, nous avons encore : un quart de gâteau au chocolat (76’968 kcal) accompagné d’une plaque de four complète de tarte aux pruneaux (dont aucun punk ne veut, naturellement)… Ma fille peut manger du gâteau au chocolat matin, midi et soir, ça devrait aller. Pour ma part, j’ai décidé depuis longtemps de me laisser pousser le bide, ça ne saurait nuire au processus !

Repas et coucher de punks… Naturellement, numéro 2 fait le cirque jusqu’à près de 22h, je le rassure et lui dis que, s’il continue à faire le clown, il va être malade… Je sais bien qu’il n’en a cure, mais c’est mon devoir de père d’essayer de le prévenir, même si ce sera bien fait pour lui, merde à la fin!

Le temps de ranger le lave-vaisselle et de déblayer un peu la cuisine, je me couche à point d’heure.

Mardi matin, après le réveil et le petit déj habituel, j’emmène les 3 grands à l’école, sans oublier le sac de gym de numéro 2. Je prends les 2 qui restent et vais faire quelques courses (pour acheter ce que j’avais oublié la veille…). Passage chez Ike (Ikea) pour acheter mon meuble d’entrée… Ils ne sont pas encore ouverts !?!? Ils ouvrent à 10h !!!! La folie, il n’y a vraiment pas assez de chômeurs dans la région ! Je me fais une note mentale de racheter Ikea pour virer le responsable du magasin local et instaurer de vrais horaires et une forme de travail plus esclavagiste : les employés ont l’air trop sereins !

Naturellement, pour montrer que je suis un père modèle, moderne, un metro-sexuel alpha adapté et idéal, je prends numéro 5 dans le porte-bébé de madame, une sorte d’écharpe qui saucissonne junior plus ou moins sur mon bide, avec deux ou trois nœuds dans le dos… Junior ne se plaint pas, ce qui est balèze, vu qu’il a dû perdre 3 kg en transpirant contre le père… En même temps, il a eu du pot de ne pas tomber et n’ose probablement pas se plaindre quand je finis par le détacher pour le remettre dans le MPPT et qu’il peut à nouveau respirer librement, sans être écrasé !

Préparation de repas, je colle numéro 4 devant un DVD, numéro 5 au lit et fais une sieste… Vais rechercher à 11h50, ou presque, les 3 qui manquent … Je sais ce que vous allez dire : c’est quand même pas difficile d’être à l’heure au moins une fois par jour ? Pour répondre simplement et avec la grâce qui me caractérise: merde ! Chacun sa spécialité… moi je ne suis pas très adapté aux horaires scolaires, je n’y peux rien !

L’après-midi, ça se gâte : numéro 1 a la logopédie, je la pose à 15h45 (quasiment à l’heure à ma grande surprise !), re-passage chez Ike pour voir s’ils ont en stock la pièce qui manquait dans mon paquet (quasiment sans jurer), assez sportif avec les 3, mais toujours distrayant. Ils n’ont pas la pièce, ni les vis qui manquent à la veilleuse de junior (saleté de Suédois) !

1Récupération de ma fille, retour à la maison, goûter, devoirs et nous repartons emmener numéro 3 au basket pour la première fois. Retour à la base pour préparer le repas du soir et faire manger les autres…

Je repars avec les deux plus petits pour aller chercher numéro 3 qui s’échappe par le vestiaire des filles pendant que je discute 2 minutes avec sa coatch… Je dois partir en courant le chercher… Retour au bercail et je mets numéro 3 à table (assiette bien chargée de quiche lorraine) et commence les manœuvres pour les autres, en ordre de taille.

Je redescends pour voir ce que fais numéro 3 et tombe nez à nez avec un quichicide ! Il a un grand sourire et me dit, la bouche encore pleine (qui c’est qui l’éduque ce môme ?!): « la prochaine fois tu en fais trois comme ça ! » il ne parle pas du petit ramequin que j’ai fait pour chacun, mais du grand plat ! La quiche a pris très cher, elle a perdu plus d’un quart de son volume, numéro 3 est calmé, pour un moment.

Montage de meuble et début de chronique devant la télé, en menaçant régulièrement numéro 2 qui fait toujours l’andouille, coucher tard, enfin tôt, réveil des punks à 7h30…

Je pose les 3 grands à l’école et emmène numéro 4 pour la balade avec la petite école… Encore pire ! Vous voyez pire ? Eh bien : encore pire ! Junior ne veut pas rester, s’accroche à moi, pleure, puis hurle. Je finis par le laisser hurlant et pleurant dans les bras de la maitresse… Je n’en mène vraiment pas large en regagnant Le Bus… Je suis un père indigne, certes, mais en plus j’abandonne mon petit pouillet dans l’adversité !

Je reprends numéro 4 plus tard à une place de jeu de Coinsins, après une ratatouille à base de légumes du jardin et une sieste… Il est souriant et heureux de me revoir… Je n’aurais pas le courage de le remettre à la petite école, heureusement que Madame rentre vendredi ! Nous allons attendre les 3 grands qui trainent, justement le jour où nous avons le moins de temps ! Ma fille ayant sport à 13h15 à Begnins, et parce qu’ils ont été sages, je vais leur faire la surprise d’un repas saint et équilibré : magasin de frites (McDo) pour tout le monde !

Je pose Mademoiselle à son cours et repars pour quelques minutes à la maison. Je pose numéro 2 chez un copain, remonte chercher ma fille et retourne à la maison. Devoir de numéro 1, départ pour aller chercher un copain de ma fille et les poser au basket. La mère du copain les ramène. Ma belle-mère vient ce soir avec son ami pour faire une fondue aux punks…

Je récupère numéro 2, la mère du copain m’annonce que junior semble fiévreux et se plaint de maux de tête… Ça pue le traquenard!

Arrivée des beaux-parents. Ma belle-mère commence à ranger la cuisine, probablement désespérée de me voir élever les punks dans un taudis indigne des toilettes d’un relais autoroutier de la banlieue d’Oulan Bator … Je ponce la table pour attendre la fondue pendant que les punks détruisent le jardin et se foutent dessus avec force cris.

La fondue décède avec peu de résistance. Seul numéro 4 (pas fan de fondue) et numéro 5 n’y touchent pas et se contentent du pain… Finissage du meuble, il faut faire deux trous dans le mur pour finir l’installation, je me résigne à ne pas le faire à 23h43 et attends le lendemain.

Je finis la soirée en emballant les cadeaux pour les anniversaires auxquels sont invités 2 et 3 vendredi. Passage régulier dans la chambre de numéro 2 qui, comme attendu, a dépassé les 38°C, probablement par manque de sommeil. Etonnamment il a moins fait le clown ce soir… Je ne suis pas inquiet, il nous fait le coup régulièrement, il faut juste surveiller que cela ne monte pas trop !

Jeudi, journée facile : hormis la piscine qui oblige d’emmener les deux grands un peu plutôt et la logo pour numéro 3, rien ! J’avance le ponçage de la table et des bancs (j’ai 5 enfants, tout le quartier doit déjà normalement me détester sans que je fasse de bruit, on n’est donc plus à ça prêt !). Fin de journée sympathique : un copain passe pour un barbecue improvisé, à la belle étoile !

Vendredi l’excitation monte parmi les punks qui sentent approcher le retour de la mère ! Préparation de tout le monde pour l’école, sans oublier la gym de numéro 1. Quasiment personne ne daigne manger de mon fantastique gratin de potimarron confectionné durant la matinée, cuit pendant le bain de 4 et 5, je suis content d’en avoir fait deux plats… Saleté de mômes ! Leur mère doit bien mal les éduquer !

Dernière ligne droite avant le retour de Madame… J’essaie de ranger le minimum syndical, de finir ce qui peut l’être et de passer l’aspirateur… Je remarque des tâches jaunes sur mon carrelage… je suis la trace qui remonte jusqu’à numéro 5 !!!! Lutte brève, 5 est déjà fort pugnace malgré sa taille restreinte ! Je récupère l’étoile jaune qui faisait partie d’un bricolage quelconque au risque de mes doigts et malgré les protestations. 5 finit dans son parc.

Les deux grands rentrent à pied, numéro 3 est parti directement à l’anniversaire de son copain.

Madame arrive et tout le monde la fête, alors que c’est naturellement Le Père qui a tout fait pendant la semaine ! Départ pour poser numéro 2 à l’anniversaire. Le temps de récupérer tout le monde et nous pouvons rentrer coucher les punks : le weekend commence et nous avons toujours à faire !

Le Père fait le bilan de la semaine intérieurement et réalise, comme attendu, que Madame a beaucoup trop de loisirs, certes en pointillé, mais l’oisiveté la guette! Il faut que je lui trouve de quoi l’occuper en plus de ses hobbies (lave-linge, lave-vaisselle et fer à repasser), il faut que j’arrête d’être trop bon! Je vais lui en parler… Je vous raconterai!

Bonne semaine, si vous n’avez pas d’enfant… Pour les autres, bonne semaine malgré tout et dormez, tant que vous êtes sans punk, après…

 

Laisser un commentaire