Amis des animaux et du rangement, bonsoir!

A ce stade, cher père ou futur père de familles nombreuses, nous nous connaissons trop pour que je te mente et le Père a toujours fait face à ses responsabilités, lui, et c’est tout à son honneur !

Si ta vision de ta maison est une bâtisse néo-victorienne mâtinée de néo-classicisme teinté de rococo (ce n’est pas parce qu’on a une famille nombreuse que l’on a forcément bon goût…), immaculée, à l’intérieur moderne et rangé, moultes options s’offrent à toi :

  1. Marier une femme de ménage psychotique, LA sociopathe du rangement et du nettoyage, amoureuse de la microfibre et des serpillères, qui va suivre les punks à la trace, armée d’un aspirateur sans fil et d’un plumeau à poussière… elle va naturellement passer son temps à hurler sur les punks, les invectivant avec un fil de bave à la commissure des lèvres, triste vision qui devrait rapidement brider tes envies d’enfants supplémentaires, mais te garantira un intérieur présentable et des frais de pédopsychiatre pour les décennies à venir…

    Geluck

    Geluck

  2. Étant fortuné, tu vas voir une entreprise de nettoyage, dératisation et mercenaires (il y en a pléthore qui offrent tous ces services sous un même toit et c’est fort commode !) et conclus un contrat annuel, pour la modique somme de CHF 843’752.-, comprenant : deux nettoyages par jour de la maison du sol au plafond (avec douche ou Kärcher pour les enfants, suivant l’âge du punk et la saison), weekend compris. C’est plaisant, pratique et inclus un forfait rotules, coudes et nez pour les sales mômes qui seraient assez téméraires pour approcher de votre / vos filles (pas plus d’une fois par semaine les rotules, coudes et nez, hélas, mais quand on aime, on paie avec plaisir !) avant ses 38 ans… Je suis conscient que cette solution n’est pas la plus adaptée à chaque famille, mais elle a son charme et évite de devoir choisir sa femme en fonction de critères bassement professionnels ou fonctionnels, plutôt que niaisement physique comme d’habitude !
  3. Accepter de vivre dans une sorte de camp de manouches, insalubre, proche de la décharge avec des monceaux de jouets, poussières et saletés diverses et variées. Cette approche favorise le renforcement du système immunitaire des punks: rats, belettes, pangolin, okapi, kiwi (l’oiseau, pas le fruit !) et fouines d’égouts leur apprennent à se battre contre des animaux sauvages, les règles élémentaires de survie (tuer ou servir d’apéritif à une bestiole plus ou moins désagréable) ou l’amour des bêtes, c’est selon la constitution de chacun, dès le plus jeune âge, une vocation est née ! Autre point fort de cette technique : jamais un punk n’amène un copain à la maison et dès la fin de l’adolescence, ils cherchent à quitter la maison… il faut parfois savoir jouer tactique malgré quelques petits inconvénients… Pour mes collègues agoraphobes, cette méthode évite aussi que des gens vous rendent visite et ça peut être chouette ! Pour les politiciens français allergiques à l’administratif et qui n’aiment pas payer d’impôts ou remplir de déclaration : un volume normal permet de stocker quelques tonnes de détritus, vous allez faire des économies sur vos sacs poubelle !
  4. Acheter des actions Dyson, Procter and Gamble, Monsieur Propre et autre Vanish et passer ses loisirs et ses weekend à laver, aspirer, ranger, jurer, renettoyer, reranger, aspirer encore, le tout en hurlant et postillonnant, tout ça pour avoir une maison ressemblant plus à un croisement entre une zone de guérilla urbaine (façon guerre du Liban, pour les moins jeunes, mais vers la fin du conflit, avec les tas de gravats qui jonchent les rues et les bâtiments qui ne tiennent plus que par le crépis…) et un squat avec des sales jeunes qui se lavent pas les cheveux, ne rangent rien et peignent et salissent les murs sans talent, rarement propres et de plus en plus abîmés… Que la vie est belle quand on a la chance de la passer parmi ses enfants, et cela vous ferait presque oublier que vous vous êtes endettés, sur 263 ans et 62 jours, pour cette maison qui ne durera pas 12 ans de plus, au rythme des déprédations actuelles, que vous allez de toute façon perdre à la prochaine montée des taux (inévitable) et qui de tout façon ne vaut plus la moitié de ce que vous la payez à cause de la crise, merde !

Je tiens à remercier ici, une nouvelle fois, mon sauveur, Mike. Merci pour cette invention, ce dévouement, ce professionnalisme et ce travail de qualité !

Mike ?

Ben… Mike Dyson !

Bon ça va, ce n’est pas parce que je ne paie pas que je dois m’ennuyer ! (ça s’est de Coluche…)

Je profite de cette occasion pour expliquer à mon public féru et adoré que, comme il peut le constater, j’ai dû m’adjoindre les services d’un humoriste à gros budget, afin de satisfaire un lectorat de plus en plus pollué par les Dany Boon, Jamel et autres Laurent Guérra… Le Père a le contrepet facile et le calembour rieur, mais une qualité supérieure et plus de finesse étaient nécessaires pour s’adapter à un lectorat de grande qualité et – osons le dire ! – de plus en plus difficile (ne le prenez pas trop perso, mais il fallait le mentionner tout de même)…

Naturellement avoir 5 enfants est une sinécure que le Père recommande à chacun (surtout ceux qui habitent loin de chez lui, il tient au peu de calme qui peut lui rester de temps à autre, entre deux explosions ou conflits armés des punks…), mais il ne faut pas abuser des bonnes choses et surtout ne pas charger la barque… Le Père est sympa, mais sait rester ferme et quand il dit non, c’est non ! On va voir qui commande à la maison, merde à la fin !

Donc Madame est rentrée avec sa fille (normal, elle était partie avec et, comme elle n’a qu’une fille, elle y tient un peu !?) mais aussi deux petit lapins…

Comme dit le proverbe paternalis indignatus pecat weekendis (ça ne veut rien dire, mais en gros c’est l’équivalent de : weekend prolongé : danger… admettez qu’en latin ça sonne mieux)!

Je vois d’ici les regards rieurs de mes amis (si, si, Le Père est beau gosse, malin et modeste mais il a malgré tout beaucoup d’amis et de nombreux fans !)… Surtout que lorsqu’un copain avait publié sur Facebook une photo du cochon d’Inde de sa fille, j’avais fait partie des premiers à lui envoyer la recette du El Cuy (plat péruvien à base de cochon d’Inde) et lui dire que 65 millions de cochons d’Inde passaient ainsi à la casserole chaque année…

Alors inutile de m’envoyer la recette du lapin à la moutarde ou autres plaisanterie, je peux aussi trouver tout seul ! Et ma fille ne veut plus manger de lapin depuis peu… allez comprendre !

Naturellement les lapins sont traumatisés chaque fois que mes fils approchent du clapier, ce qui montre que, comme tout animal, ils ont un bon instinct de survie ! Je profite de ce paragraphe pour saluer chaleureusement nos amis les défenseurs des animaux… avoir la SPA sur le dos va me changer de la protection de l’enfance… Je donnerai régulièrement des nouvelles des lapins ou des recettes pour vos animaux domestiques : dans ma prochaine rubrique : le chat à la Cambodgienne.

Numéro 4 s’est découvert une nouvelle passion : la lecture ! Il regarde les livres de la bibliothèque avec attention, page par page, montrant du doigt et répétant inlassablement le nom des véhicules. Mais ce qu’il préfère, ce sont les étiquettes, de préférence celles indiquant quand rendre l’ouvrage emprunté… Donc il les regarde et les collectionne… à sa façon : il arrache délicatement l’étiquette que nous retrouvons parterre, un peu n’importe où dans la maison. Oui, junior a de l’humour mais il est un peu bordélique encore, et qui pourrait lui jeter la pierre : c’est tellement plus stimulant pour la créativité quand l’environnement n’est pas trop contraint, trop rangé ! Le bonus de cette approche est que nous rendons systématiquement les livres en retard et ça va finir par nous coûter plus cher que d’acheter les livres directement…

Weekend première communion (Pas la mienne ! Essayez de rester concentrés, c’est pénible…) de mon filleul… Le Père est catho (ça arrive, même aux meilleurs !), ce qui aurait tendance à le faire catégoriser parmi les dangereux fachos d’extrême droite à tendance sadique et perverse en France, mais pratique avec une assiduité toute relative… Là, clairement, le prêtre a compris que, avec une église bondée pour une fois, c’est le moment de faire le show ! 1h30 de célébration, remerciement à tous les auxiliaires du culte et chants interminables (et passablement faux, cela va sans dire) : on est en dictature et le ton commence dès le début… J’en viendrais presque à comprendre un copain qui parle de secte ou d’autocratie…

Je sens qu’il va encore y avoir du courrier et des lettres de fan…

Barbecue chez ma grande sœur, moment en famille, classique : on court après les enfants pour qu’ils évitent de se mettre à l’eau, les punks étant assez grands, mais pas tous étanches (quelle idée d’habiter au bord de l’eau), on chasse les moustiques (je viens de le dire, c’est au bord de l’eau…), fait semblant de ne pas se vexer aux remarque pertinemment désagréables de mon père ou ma mère, on mange bien mais trop et surtout on répond aux questions dont personne n’écoute la réponse…

J’ai hésité à glisser dans la phrase : « et malgré que ma femme attende encore des quadruplés, je vais divorcer pour me remarier avec Oussama et nous allons partir dans la Creuse vivre notre passion en élevant des biquettes et les menant, nus, au pâturage » mais j’avais trop peur de constater que, hormis mes beaux-frères, personne ne m’écoute dans ma famille, merde encore une fois. En même temps, comme dit l’autre : « c’est ta famille, si tu veux un ami, achète-toi un chien ! ». Je force le trait ? Pas énormément…

Voilà, la fin de la semaine approche, avec ce weekend une sympathique course en montagne. Je ne me suis pas assez, ni bien, entraîné, je suis trop lourd (gras comme un loukhoum frit avec une noisette de beurre…) et j’ai 2-3 cloques pas encore réparées : restez connectés, la prochaine pourrait vous faire rire !

Reposez-vous, vous aurez vraiment besoin d’énergie dimanche !

Laisser un commentaire