Amis de l’hirsutosité et du bruit, bonsoir !

Joyeux joiniversaire le père… Joyeux joiniversaire le père… Joyeux joiniversaaaaaaaiiiiiireeeeeuuuuuhhhh le père indigne !!!! Joyeux joini… Ah d’accord… Bon eh, c’est moi qui écris, si je veux fanfaronner, je suis Français, je peux frimer, non ?!

50 Rubriques!!! ce n’est pas rien… d’un autre côté, pas vraiment de quoi pavaner : je ne suis toujours pas suivi par 84’768 fans sur facebook ou sur le site de Madame, ne passe pas encore à la télé et peux encore (étonnamment) marcher dans la rue sans me faire arrêter tous les 10 mètres pour un autographe…

Punk…

Pour la plupart des gens, ce mot renvoie à un blouson noir ébouriffé, écoutant un bruit fort et indiscernable – nauséabond dirait certains, un réfractaire à l’autorité, un contestataire, un rebelle…

Pour moi les Punks sont mes terreurs, mes petits, mes adorables enfants ! Mes innombrables et fidèles lecteurs savent que le nom est galvaudé, que mes petits sont adorables ! Comment pourrait-il en être autrement avec un père aussi calme, sympa, compréhensif et modeste !?

punk5Bon ok, mes Punks sont hirsutes, parfois, n’ont pas l’air vraiment dangereux (vous avez déjà vu un microbe ou un virus au microscope? Ca a l’air vraiment inoffensif, non ?! Pareil avec mes enfants : ils sont beaux, sourient, peuvent même sembler polis de temps à autres, mais attention, n’oubliez pas toutes mes rubriques !), la plupart du temps, ils sont beaux et parfois sympas… ils sont très calmes (quand ils dorment) et attaquent rarement les premiers, bien qu’ils ne cherchent qu’à se défendre !

C’est pour cette raison que nous prévenons tous les visiteurs de la maison de respecter les consignes habituelles :

  1. Ne pas tourner le dos aux punks
  2. Ne pas faire de geste brusque en présence des punks
  3. Ne pas nourrir les punks, surtout pas après la tombée de la nuit
  4. Ne dissimulez jamais un aliment, surtout sucré, sur vous en la présence des punks !

En respectant ces consignes simples, et si vous gardez à l’esprit que les punks sont des animaux sauvages, vous diminuerez grandement le risque de blessure…

Le cadre étant établi, scène de vie :

Lundi soir, je rentre à plus de 21h. Les vacances aidant, nous sommes en punk-shift restreint : trois punks sont en vacances chez leurs grands-parents… Nous allons enfin pouvoir dormir !!!!

Oui, je sais… Mais malgré tout, et bien que je devrais le savoir depuis le temps, j’y croyais ! Franchement, il ne nous restait que les deux plus petits!!! Ca ne pouvait pas être vraiment terrible !!! J’allais dormir ! Enfin !

23h45, j’ai déjà mangé en rentrant dans le train, nous causons avec la Ministre pour que je sois briefé sur ce que j’ai manqué pendant mon jour loin du domicile…

Numéro 4 pleure et tousse… Madame monte pour voir ce qu’il a… lorsqu’elle ouvre la porte, nous réalisons tout de suite qu’il y a couille sous roche !

Junior a la respiration saccadée, tousse, s’étrangle et à la cage thoracique qui se creuse… Ni le Ventolin, ni la vapeur d’eau ne le calme ou l’aide ! Madame appelle le médecin de garde pour voir si nous avons oublié quelque chose, envoie un SMS à la Blonde, seule présence dans la région que nous nous permettons de déranger à une heure aussi indue, et revient voir si Junior s’est calmé… toujours pas !

Là je pense qu’il est important d’intercaler une VW-Logo-mit-Claimfantastique page de pub… Vous devez vous dire: pourquoi ils ont besoin de la Blonde pour aller à l’hosto??? Je voulais remercier par cette rubrique le fabriquant du MPPT, lui dire que naturellement j’irai chez un concurrent la prochaine fois, à moins que je ne puisse vraiment pas faire autrement… Sur les 10 dernières années, nous n’avons jamais, jamais, jamais, jamais jamais jamais été sans moyen de locomotion… Sauf cette nuit-là!!!
Statistiquement, c’est probablement proche de la probabilité de gagner à l’Euromillion ou de se faire foudroyer 5 ou 6 fois de suite! Le MPPT, notre cher (très cher en fait!) Bus, bien qu’allemand, est en révision, pour une fois pas pour une panne (enfin pas seulement), bien qu’il faille encore changer un phare (on doit être à plus de phares changés que de litres d’huile, saleté !), mais pour préparer la visite quinquennale… Il fallait que ça arrive ce soir-là !!!

Etant parents de 5 enfants, nous sommes naturellement peu enclins au stress, sauf lorsque quelques litres de sang ont coulé, ou que la température reste durablement au-dessus des 40 degrés… Là nous comprenons assez vite (pendant les 15 interminables minutes que nous attendons pour parler au médecin de garde…) que ça ne va pas passer tout seul !

Je suis dans la salle de bain, junior dans les bras, il pleure et tousse, peine à respirer… j’ai dans une main la pomme de douche et inonde d’eau chaude les parois de la douche pour créer de la vapeur le plus rapidement possible, dans l’autre main, j’ai le téléphone qui sonne toujours dans le vide avec un enregistrement qui me dit que tous les médecins sont occupés et qu’en cas d’urgence vitale il faut appeler le 144…

Madame revient me dire que la Blonde sera là bientôt et je renonce à appeler une ambulance. Nous préparons junior pour le transport et partons dès que nous entendons la voiture de la Blonde dans le garage. Elle est malade et nous l’avons tirée du lit… Nous nous sentons minables !

Départ à l’hôpital, la Blonde roule bien, je me concentre pour entendre la respiration sifflante de mon petit gars, respiration qui semble s’interrompre de temps à autre… Pas stressant du tout ! Personne aux urgences, nous n’attendons pas longtemps et numéro 4 se retrouve en salle d’observation, respirateur d’adrénaline sur la bouche, lumière rouge au pouce droit (pour le rythme cardiaque), électrodes sur le torse et le ventre, prise de tension automatique au bras gauche toutes les 5 minutes… il fait moins le malin !

En tant que père, qui plus est indigne, j’ai l’habitude de regarder sans ciller des cochons d’inde se faire égorger, poiler (quoi ? on dit bien plumer pour une poule, non !?) et cuisiner, des bébés phoques se faire égorger et des caïmans se faire transformer en chaussures ou accessoires de maroquinerie… Une poigne de fer dans un gant de crin comme on dit ! Rien ne m’émeut plus !

Là j’ai de la peine pour junior ! Tout pâle dans un grand lit d’hôpital, avec tous ces fils qui courent autour de lui… Il veut rentrer, retrouver son lit et sa maman… Il n’arrive pas à dormir dans le bruit et l’activité de l’hôpital.

Je suis assis sur un pauvre tabouret, fatigué aussi, deux heures plus tard. Il est plus de 2h du mat, junior rerespire presque normalement, en tout cas siffle moins, je suis mort et vais me lever dans moins de 5h… Selon la doctoresse, à ce que j’ai compris (elle parle plus espagnol que vaudois !), nous sommes encore là dans 2 heures. Après deux heures de tentatives d’endormissement de junior (infructueuses !), je lui dis de rester tranquille et m’allonge à même le sol, avec mon sac à dos comme oreiller… Le personnel finit par avoir pitié de moi et m’apporte une vraie chaise qui se penche un peu. Entre les bruits, le fait de garder un œil sur junior toutes les 5 minutes et le passage du personnel pour relever les données, je ne ferme naturellement pas l’œil.

La Blonde est rentrée dormir à la maison, je SMS la Ministre pour lui demander de bien vouloir venir récupérer Junior et moi-même aux urgences.

Après une bonne nuit de sommeil, de 5h et quelques à quasiment 8h, je pars bosser, frais et pimpant (tel le hareng qui aurait attendu 6 semaines sur un quai en plein soleil), la tête au fin fond du trou du… enfin vous voyez ! J’ai les cheveux qui poussent, les dents en bataille et mal au costard, je n’ai même pas la force d’insulter mentalement les punks ou l’hôpital… Et pourtant, si on y réfléchit…

Ok ils ont calmé mon fils et il va mieux… Non, il est tard, je vais vous laisser, mais les pédiatres ne perdent rien pour attendre !

Allez-vous coucher, vous avez vu l’heure ?!

 

Laisser un commentaire