Amis de l’inspiration et du document Word vide, bonsoir!

La panne ! Plus d’inspiration, pas la motivation, le drame ! Les punks ne sont pas plus punkesques qu’à l’accoutumés, rien de plus que les habituels hurlements, coups et bosses diverses et variées… Rien qui ne sorte de l’ordinaire et soit digne de mention…

Je vais donc commencer cette rubrique par une page de silence, pour rendre un vibrant l’hommage à Camille Pissarro décédé – trop tôt – âgé de 73 ans, il y a 111 ans de cela…Camille, nous ne t’oublions pas !

 

 

Bon ok, sérieux, on va s’y mettre, laissez-moi cinq minutes, je vais finir par me chauffer…

Avant-hier soir, alors que je courais bêtement sous la pleine lune, seule lueur crétine à fendre (pas trop vite, certes) la nuit glacée à 21h (les autres sont tranquillement au chaud devant la télé, ayant compris depuis longtemps qu’il n’y a rien à foutre dehors par ces températures, et de nuit qui plus est !), des brides de rubriques me vinrent soudain, comme c’est souvent le cas lorsque je cours seul…

La semaine passée en bref: calme plat et pluie battante !

Un soir normal, mes deux grands garçons sont en train de manger, n’ayant pas songé à descendre lorsque leur mère les appelât un peu plus tôt pour un dîner familial, ou ayant été punis par la susmentionnée mère par erreur, selon toute vraisemblance, pour une baffe, un cri ou un refus d’obéir caractérisé… Or numéro 3 a naturellement quasiment vaporisé sa deuxième assiette, lorsque je constate que numéro 2 est très pâle, se plaint de maux de tête et qu’une restitution alimentaire massive semble imminente (en gros, on est à vomi moins 20 secondes… à la louche, la vomitologie, science en devenir, n’ayant pas encore gagné ses lettres de noblesse).

Bien que joueur, le père est fatigué et envoie tout le monde se mettre en pyj et se brosser les dents… Pas super motivé à nettoyer du vomi dans le salon ou à changer un lit, on se lasse même des activités les plus ludiques, je fais grâce à numéro 2 de la fin de son assiette ! Il semble qu’à force de faire l’andouille tous les soirs et de se réveiller tôt, numéro 2 soit en train de tomber malade… Il faut dire que cela fait bien une semaine que nous n’avons plus de malade… Mais quel bonheur !

Etonnamment, pas de surprise nocturne !!! (Au passage, c’est une belle occasion de loupée : depuis son lit en hauteur, avec des jouets partout dans la chambre, ça aurait été spectaculaire ! Je me vois bien en train de repêcher des legos flottant dans une flaque de vomi à la lueur blafarde de la veilleuse… Amis des soirées romantiques : bonsoir !) et le lendemain il est suffisamment sur pied pour que nous n’ayons aucun complexe à l’envoyer à l’école !

Tout le monde est fatigué et il est temps que le weekend arrive, même si les punks ne vont pas plus dormir que durant la semaine, moi au moins je ne serais plus aussi fatigué (le pire c’est que malgré mes 25 ans et 15 ans d’expérience, j’y crois encore…)!

Lorsqu’on annonce l’arrivée d’un cinquième enfant autour de nous, les réactions divergent :

  1. Ah ouais ! Ah non mais là, respect ! Moi je dis bravo, c’est super courageux… (sous-entendu : à ton âge, c’est vraiment de la folie, vous n’avez pas réfléchi ?! T’es quand même plus tout jeune…) Moi je n’aurais plus le courage… et puis on est sorti des couches, je n’avais plus envie de m’y remettre. Mais… vous en voulez encore beaucoup ? C’était voulu ?
  2. Toutes mes félicitations !!! Bravo ! Nan vous êtes tarés… non, je veux dire c’est bien, vous pensez à notre retraite… Déjà avec deux je rame, alors je n’ose pas imaginer avec 4 ou 5 !? Comment fait ta femme (donc je suis un branleur qui ne s’occupe jamais de ses enfants…) ? Mais c’était voulu ?
  3. Et enfin la réaction classe, venant du fonds du cœur, plutôt entendu auprès de collègues masculins : Ouah ! Ah d’accord… 5… mais vous n’avez pas la télé chez vous ???

Je tiens à rassurer mes lecteurs (et lectrices) innombrables : nous habitons un endroit reculé, dans un canton en voie de développement, mais l’eau chaude et la télé ont déjà fait une timide percée auprès des ménages les plus favorisés…

Qu’on soit clair : on pourrait admettre de faire un ou deux enfants sans le vouloir… A la limite… Le manque de chance, mais comme le disent les emballages : aucun moyen de contraception n’est fiable à 100% (sauf l’abstention, et encore, une dénommée Marie a prétendu, il y a quelques années,… mais on n’a plus de témoin, et il est possible que c’était comme d’habitude pour éviter l’ire parentale…). Mais admettons : une personne habitant à Klein Guschelmuth, où internet n’est pas encore disponible, pas plus que la télé ou le téléphone, n’ayant jamais quitté la commune et peu porté sur la chose pourrait ne pas être au courant, ne pas fréquenter de médecin ou de gynéco, et tomber enceinte une ou deux fois sans comprendre… Mais l’esprit critique nous permet d’attribuer une assez faible probabilité à ce genre de scénario…

A 4 enfants, sans vouloir juger qui que ce soit, il est peu probable que cela soit totalement dû au hasard et une remise en question s’impose… Marie-Bernadette qui utilise l’aspirine, une décoction à base de plante ou des préservatifs tricotés main comme contraceptif depuis des années, alors qu’elle est enceinte du 5ème, est prise d’un insidieux doute… Pas super crédible qu’il n’y ait pas eu un petit doute avant…

Nous ne sommes, pour notre part, pas non plus des catholiques intégristes ou des Amish, nous souhaitions simplement avoir une famille nombreuse… C’est si difficile à imaginer ?

Il est évident que j’ai régulièrement des remarques portant sur mes rubriques : si c’est si terrible d’en avoir 4, pourquoi en avez-vous fait un 5ème ? La question soulève quelques sujets et porte à réflexion…

En fait, comme j’ai déjà eu l’occasion de l’expliquer à un lecteur ou l’autre, avoir des enfants c’est génial… de temps en temps ! Je ne parle que des sujets propres à divertir mon auditoire (de qualité), et ne mentionne pas tous les bons moments, les câlins et bisous, tous les moments durant lesquels les punks ne hurlent pas, ne se battent pas et sont adorables (oui, c’est rare et principalement pendant la nuit… mais ça arrive !). Cette rubrique sert à mettre en garde les futurs papas qui pourraient avoir une vision trop idéalisée de ce qui les attend… C’est un avertissement, pas une description du bonheur d’être père de beaucoup d’enfants.

Ma recommandation, pour la prochaine fois que quelqu’un vous annonce une énième naissance, est de préparer une phrase sympa, joviale, vous réjouissant pour la personne qui vous annonce fièrement son 8ème petit… De toute façon avec déjà 7 enfants, elle ne va probablement pas entendre votre félicitation et avec autant d’enfants il est peu probable que vous l’invitiez chez vous ou que vous proposiez de les garder de toute façon !

Je repars de Zürich sous la pluie, à la maison mes petits soleils m’attendent, illuminant mais brûlant aussi… Reposez-vous : si vos contraceptifs sont mentionnés dans cette rubrique, vous risquez ne plus dormir bientôt!

 

Laisser un commentaire