Amis de la nuit et des vacances, bonsoir!

Ah, l’automne! Saison de la chasse, le soleil plus rasant fait exploser les contrastes et les couleurs sont magnifiques, la saison idéale pour les photographes en herbe (ou en feuille)…

Reprenons cette vision d’Épinal, du point de vue d’un père de famille, nombreuse ou non: Ah l’automne, saison délicieuse marquant le retour des nez qui coulent, éternuements et leurs lots de bronchites avec vomi en pleine nuit, à la suite des susmentionnées quintes de toux, la saison idéale pour les insomniaques en herbe (ou pas)…

Le weekend dernier, nous avions des amis qui venaient manger à la maison. Nous préférons jouer à domicile, surtout lorsque les amis n’ont pas d’enfant, pour éviter les dégâts et pour être sûrs de revoir nos amis de temps à autre… En plus, hormis qu’il faut ranger et nettoyer la maison, c’est souvent plus aisé de gérer 4 punks à domicile qu’en déplacement…

Il nous faut donc tenter de ranger la maison, essayer de nettoyer ce qui peut l’être, tout en maîtrisant les punks, excités par l’automne, la venue de visiteurs, le beau temps, le fait qu’ils sont réveillés… ok, les punks sont toujours excités, sans raison apparente… Ca doit venir du côté de leur mère…

La journée se passe bien et nous pouvons quand-même un peu parler… J’imagine mes copains soulagés en repartant, même si les punks sont restés très sobres, compte-tenu de l’étendue de leur savoir-faire, et disons-le sans crainte: leur talent, en terme de bêtises et de mise sur la tronche avec hurlements.

Nous avons songé à développer un service d’un nouveau genre… Imaginez plutôt: monsieur est assis devant la télé, en train de regarder un film d’auteur (Jason Bourne ou James Bond en train de sauver le monde), concentré. Madame se plante devant lui, lui rappelant qu’ils sont mariés depuis 5 ans et qu’elle veut un bébé… Plutôt que d’affronter cette prise de tête, vous vous exclamez: « très bonne idée, j’en ai toujours voulu 7 ou 8, il faut d’ailleurs que je te présente un collègue de travail! ». Vous vous inscrivez sur le site, venez manger à la maison ou gardez les punks une soirée…

Normalement, le taux de succès est de 100-150%… ça marche presque trop bien: Madame ne veut plus être touchée… Un contraceptif naturel et sans hormones, qui dit mieux??? Attention toutefois, dans les cas extrêmes, les punks peuvent, lorsqu’ils sont déchaînés, entraîner le divorce… Si c’est le but, c’est un peu plus cher (il n’y a pas de petit profit)!

Dimanche, nous allons à Lausanne visiter un salon sur les enfants… Au menu: les punks qui se distraient et nous qui vendons le concept du site familles-nombreuses.ch. A la clé, quelques nouveaux partenaires.

Les punks sont en vacances: Madame les a sans répit et semble passablement usée lorsque je rentre en fin de journée… Numéro 4 commence à tousser (mauvaise toux de fumeur cacochyme respirant à travers une trachéotomie…) ce qui l’empêche de bien dormir… enfin surtout nous!

Samedi, nous allons manger chez ma sœur, les cousins jouent, les parents causent. Numéro 4 étant en piteux état, Madame repart rapidement. Après une balade, je repars avec ma mère, laissant mes deux grands garçons chez ma sœur. Je repars avec ma fille et sa cousine, conduits par ma mère chez qui elles vont passer quelques jours. Je m’arrête à Fribourg pour voir un pote.

Dimanche, un copain est venu nous prêter main forte: pendant que Madame exerce sa créativité : peindre un mur et nous cuisiner des pâtes à la bolognaise, nous montons le lit superposé (enfin le deuxième lit, pour les superposer, il manque naturellement des pièces…), descendons une armoire, une commode, une maison de poupée (aussi solide et lourde que notre maison elle-même) et autres drôleries! Pendant que Madame finit la partie artistique de son après-midi (finir de peindre le mur), je raccompagne mon pote puis vais me balader 4-5 kilomètres avec Junior dans sa poussette. Nous longeons la voie ferrée puis l’autoroute: junior est aux anges à chaque passage de train, pose 56’238 questions (oui, enfin je sais que ce sont des questions, mais il faut bien connaître pour comprendre quoi que ce soit…) et s’émerveille. Un très bon moment avec mon petit.

Je laisse sortir Madame dimanche soir (ma bonté me perdra, je sais…) pour qu’elle aille au resto avec la graphiste de son site internet. Je reste avec numéro 4, les grands étant casés chez ma mère et ma soeur. Nous allons pouvoir nous reposer, nous n’en avons qu’un seul… eheheh, mais non je rigole! On se reposera quand le dernier sera parti de la maison!!!

Alors que nous sommes dans sa chambre pour le calmer et évaluer la situation (désespérée), numéro 4 décide subitement de vomir… C’est ballot… Madame le soulève pour l’emmener dans la salle de bain pour que je le change, pendant qu’elle s’occupe du lit (c’est poétique ce travail d’équipe, dans l’intimité de la nuit et les effluves de vomi, avec junior qui pleure, renifle, tousse, éternue et se mouche sur mon épaule…).

Je ne sais pas si vous avez déjà remarqué la capacité des punks à avoir, parfois seulement, un timing totalement parfait… C’est au moment où sa mère l’a soulevé, à l’apogée de sa course – si je puis dire – qu’il décide de vomir un peu plus sérieusement… Le vomi quand ça part de plus haut c’est beaucoup plus drôle: ça va plus loin et ça gicle.

C’est aussi assez singulier à quelle vitesse le cerveau humain peut noter des détails totalement débiles (et assez dégueux il faut le dire)… J’ai le temps de réaliser que je suis pieds nus, comme d’habitude dans ces moment-là, que le coussin qui est par terre est idéalement positionné pour pleinement bénéficier du jet de junior et que mon fils a une pâte (sont-ce des céréales?!) collée sur sont pyjama trop court… La nuit commence en beauté!!!

Je suggère à Madame d’aller se coucher (la fatigue, sans doute, je ne sais pas ce qu’il m’a pris… ou alors la pitié (la voir avec son gros ventre)…) et de mettre des boules quies… Junior fait la fête, pleure, se plaint d’avoir mal à l’oreille, puis au nez,…

Naturellement, à la 18ème fois où je dois remonter, je finis par perdre patience, gronde junior et lui dis que je vais le laisser pleurer sans revenir avant le lendemain… Je lui ai: donné du sirop (Algifor), mis des gouttes de sérum physio dans le nez, fait un câlin, donné du lait, re fait un câlin, tâter la couche, donné de l’eau… avant de gueuler. En me couchant, et bien que junior ait fini de pleurer (il a tout de même tenu de 23h30 à 2h30 du mat, belle endurance!), je suis décalqué et me sens comme une vieille bouse… Bouse qui ne va pas beaucoup dormir, une fois de plus!

Nuit suivante…Junior s’endort assez vite (forcément, depuis plusieurs jours, il dort mal, il est donc épuisé…). Nous nous couchons pas trop tard avec une bonne nuit en perspective… enfin jusqu’à 5h.

Junior a faim et réveille Madame, je ne suis pas à même de l’entendre, trop fatigué. Biberon et Madame se recouche. Junior ressort son biberon vers 6h, je lui donne une douche pendant que Madame s’occupe de nettoyer ses habits et sa chambre… Il se rendort, naturellement pas nous!

Je suis donc un peu plus matinal sur le quai de la gare, mais pour rien: les CFF, comme les personnes qui travaillent à la météo, ne m’aiment pas… J’ai donc droit, comme des milliers d’usagers, à 25 minutes de retard, puis l’annulation du train et encore un peu de retard… Je note pour plus tard qu’il faudra pendre deux ou trois cheminots dans les gares, histoire d’aider les CFF à travailler plus consciencieusement…

Les punks vont rentrer, d’abord ma fille demain, puis les deux grands garçons… Les vacances vont se terminer, en tous cas pour nous, alors reposez-vous, la semaine est loin d’être finie!

Retour à chronique du père indigne

 

Laisser un commentaire