Amis de la lecture et des pères, bonsoir!

Grâce à ton intervention massive, cher lecteur, chère lectrice, et surtout à quelques copains qui ont créé 12 comptes FaceBook pour liker ma rubrique, j’ai survécu! Madame, par égard pour ses lecteurs et lectrices, et suite à de nombreux messages sur divers médias, ne me l’a pas coupée (je parle de la rubrique, bien sûr, à quoi pensez-vous encore?)!

Bon, je vais reconnaitre que Madame n’aurait probablement pas supprimé ma rubrique, n’a jamais imposé un nombre de like ou une popularité quelconque pour le maintien de ma missive (c’est ma 1e lectrice et fan), bien que nous soyons mariés depuis plus de 10 ans, car elle respecte trop mes rares lecteurs (-trices). Elle a donc été un peu surprise par ma rubrique précédente, et très surprise par les nombreuses réactions et manifestations de soutien…

Un grand merci à tous pour cette intervention et pour votre soutien, ça fait chaud au cœur!

Ce weekend Madame est à Lausanne, samedi, pour une fête des familles, organisée à l’initiative de l’association Pro Familia. Elle tient un stand pour www.familles-nombreuses.ch et m’abandonne donc, lâchement, avec les punks. Elle part vers 9h30… Un père moins aguerri aurait eu la larme à l’œil en la voyant partir (non, pas parce qu’elle part, on est marié depuis 10 ans!!! mais à l’idée de se retrouver seul avec les monstres…), avec ses flyers et son équipement pour faire des tatouages pour les petits…

Les flyers…

Pour être prête pour la fête, Madame a commandé, en express et contre surtaxe, des flyers et cartes de visite avec son nouveau logo. La livraison prévue au plus tard le 26, donc la veille du jour de l’exposition. Le 24, nous recevons un paquet qui ne contient que les flyers… Le 26 nous apprenons que les cartes de visite ne sont pas encore partie de Suisse allemande et que de toute façon, les paquets ne sont jamais délivrés le samedi… Qu’ils envoient sous deux paquets, ça me déçoit un peu et me fait douter qu’il s’agisse réellement de Suisses allemands… Mais qu’il leur faille aussi longtemps pour faire des cartes de visite, là, ça montre que c’est vraiment des manches et confirme définitivement qu’ils ne sont pas nés de l’autre côté de la Sarine! Je vais prendre un moment pour les appeler dans les jours qui viennent pour les féliciter!!! Heureusement pour eux, Madame ne parle pas assez l’allemand pour les insulter…

Compte-tenu de l’état de la maison, j’essaie de faire baisser le tas de vaisselle qui jonche le plan de travail, tout en maîtrisant les rixes diverses et variées des punks, les envoyant de temps à autre dans leur chambre pour faire bonne mesure.

Je lance une cuisson vapeur de brocoli pour faire un fantastique « strudel » – encore une recette réputée au-delà de nos frontières! – une bonne manière de faire manger des légumes verts à numéro 1, 3 et 4… Numéro 2 en veut naturellement, des légumes verts, pour une raison qui nous échappe… Il adore aussi la salade et la soupe… S’il n’y avait pas son excellent caractère et sa modestie, j’aurais des doutes sur sa paternité !

Oui, vous allez dire que je suis joueur… Je sais qu’il ne faut pas, mais il n’y a pas moyen de faire sans… Donc je pars pour faire des courses… Oui avec les 4 punks…

Comment décrire comment cela s’est passé? Ben force m’est de constater que, contrairement à mes craintes naturelles (forgée par des années d’expérience), les punks ont été admirables!!! Presque calmes sur le chemin de Migros, magasin qui est, à ma connaissance, toujours debout à l’heure où j’écris, gérables dans le centre commercial, quasiment sans caprice et sans demandes insistantes… Forcément, ils ont posé 5’000 questions aux autres usagers du magasin (bien fait, ils n’avaient qu’à ne pas faire leurs courses le samedi!) et tutoyé le caissier, mais je m’attendais à tellement pire que je n’y ai pas prêté attention.

Pour éviter un repas trop sain, je complète mon strudel (que du brocoli, de la pâte à tarte et de la crème) par des frites… OK elles sont au four, mais nagent dans du gras, du sel, de la mayonnaise et du ketchup: les punks sont aux anges, rouges et gras de la tête au pied pour numéro 4… et plus ou moins autant pour les autres!

Je couche numéro 4 (allez, on va faire do-doooooo! Non-nooooooooonnn! répond l’effronté en tentant de fuir…) et met un DVD typiquement pour les enfants, sur demande, mais ils sont fans de volcans et s’émerveillent devant la nature. Ca ne dure jamais trop longtemps, ils montent jouer un peu, redescendent, se battent et, quand j’arrive à sortir du lit, sont à nouveau devant le film… Ca me fascine!

Confection d’un sac avec goûter pour tout le monde, trousse numéro 4 (couche+change+gourde de flotte) et trousse premier secours (l’équivalent du contenu d’une ambulance, pour parer aux différentes blessures qu’ils sont à même de s’infliger). Pendant que numéro 4 tétouille une compote (sans flinguer son tee-shirt, c’est assez rare pour le noter), le temps d’embarquer tout le monde dans le MPPT et nous partons.

A la fête des familles de Lausanne, nous parcourons les stands et il me faut beaucoup de maîtrise pour ne perdre aucun punk qui partent à la chasse aux cadeaux et se dispersent en tous sens. Nous écoutons la fin d’une histoire, faisons un atelier et récupérons Madame qui a beaucoup travaillé et quand même trouvé le temps pour distribuer quelques flyers pour son site.

J’ai naturellement oublié de donner le goûter aux 3 grands et il est déjà 17h passées… Je leur dis qu’il est un peu tard pour goûter et qu’ils ne mangeront rien ce soir… Rien n’y fait, ils sont fâchés! Je ne crois pas avoir souvent oublié de repas pour les punks… Je suis déçu par ce manque de reconnaissance!

Retour au nid et on couche tout le monde (après avoir mangé quand même…

Comme ma femme adore cette partie de mes rubriques, je suis obligé d’en parler…

Je donne rendez-vous à tous ceux qui en ont une bonne paire à Fribourg dimanche prochain pour Morat-Fribourg… Je parle de paire de basket, naturellement (je note que certains lecteurs ont un peu l’esprit mal tourné… c’est moche!). J’ai couru vendredi et samedi soir, avec petit départ à 21h à la frontale. Temps sublime, pas trop chaud et ciel dégagé, mais je ne peux m’empêcher de constater que personne n’est assez con pour s’entrainer en même temps que moi… Pas rassurant!

Dimanche, et pour parfaire ma préparation pour la course, nous avons repas de Bénichon: choucroute garnie et tout ce qui va avec… Je dois aussi déménager mon bureau d’un quartier de Genève à une position plus centrale, après avoir posé numéro 2 à Nyon pour un anniversaire… Un dimanche sans rien à faire est un dimanche perdu!

Je rentre juste à temps pour coucher les punks, mais un peu tard pour aller courir… La semaine va en plus être assez compliquée… Alors allez vite vous coucher, je vous trouve un peu fatigué!

 

Retour à Chronique du père indigne

 

Laisser un commentaire