Amis de la montagne et du repassage, bonsoir!

Pour faire plaisir à Madame, je vais commencer par la rubrique course! Ce weekend s’est couru la seconde édition de l’Ultraks au départ de Zermatt… 46km de décors de folie avec des vues époustouflantes sur le Cervin ou le glacier du Monte Rosa, mais le constat s’impose: bien que svelte, jovial et primesautier, le père indigne n’a pas le format du trailer type… J’ai par ailleurs croisé un autre « petit » mesurant 1.99m qui en a autant ch… bavé que moi, pour finir plus d’une demi-heure après votre humble serviteur. Finalement le seul muscle qui a vraiment morflé durablement est mon égo démesuré: arriver presque 6 heures après le premier, ça pique!

Lors de notre weekend parisien, en rentrant de Bretagne, numéro 4 a commencé une jolie pointe de fièvre, le dimanche soir. A mon retour d’une marche avec numéro 2 (j’avais menacé d’aller marcher 10km avec celui que je choperais à faire le con, sans réaliser que numéro 2, adorant marcher, n’était pas épuisé par la marche de 12km de la journée et qu’il allait faire exprès pour aller marcher avec son paternel, le bougre), Madame me dit que numéro 4 lui semblait chaud… Je tâte la bête, effectivement il était brûlant…

Comme toute famille nombreuse, nous sommes équipés pour faire face aux aléas habituels des punks: suppos, granules, pansements, désinfectant, ce qu’il faut contre la grippe, la fièvre, la malaria, le palud ou Ebola, enfin le set classique, quoi! Nous sortons donc un suppo de dafalgan… qui est liquide du fait des plus de 33 degrés de Paris… Je propose à contre-cœur à Madame d’aller chercher une pharmacie ouverte à 23h30, offre qu’elle décline à ma grande joie: nous avons 4 enfants, au pire nous en referons un s’il lui arrive quelque chose!!!

Bon plus sérieusement, comme c’était la première nuit avec fièvre et qu’il ne semblait pas souffrir, nous l’avons laissé dormir.

Retour en Suisse; après deux jours de fièvre, il a aussi un aphte qui est apparu sur la lèvre, nous appelons le vétérinaire de garde pour aller voir ce qu’il a. Notre pédiatre étant en vacances, nous recourons – une fois de plus – à la loterie… et perdons une fois de plus!

Junior a des aphtes plein la bouche, il ne mange plus, se plaint d’avoir mal à la bouche, ne boit plus et ne peut même plus prendre sa lolette… il fait peine à voir! Naturellement, la médecin de garde ne montrant statistiquement qu’un taux de succès marginalement supérieur à mes amis de la météo (que je profite pour saluer de toute ma haine cordiale), les médocs prescrits ne font rien et nous voyons junior souffrir toute la semaine, impuissants… Seul point positif, nous avons décidé de ne plus lui donner la lolette, vu qu’il arrive à s’en passer! Lors d’un contrôle chez notre pédiatre 2 semaines après, le couperet tombe: le premier diagnostic était naturellement faux… 🙁

Lundi passé, c’était un jour de fête!!!! Le punks (les trois plus grands) ont repris l’école!!! J’ai pris congé pour l’occasion (non, pas pour fêter ça, bande d’indignes!!) afin d’accompagner numéro 3, qui va à l’école pour la première fois. Madame devait partir assez vite, après avoir posé numéro 2 dans sa classe, pour un rendez-vous chez le doc. J’ai subi l’exposé lénifiant de la maîtresse de mon fils; ça me rappelle des souffrances de jeunesse, dans d’autres salles de classes trop chauffées, comme celle-là… J’ai hésité à prendre numéro 3 sous le bras et à partir en courant!

Malgré mon inclinaison naturelle – et normale ! – à me débarrasser des punks, je peine toujours à trouver une raison pour bénir l’école… Je m’y suis trop ennuyé… J’avais l’habitude de dire que les profs sont comme les dentistes, les météorologues (même catégorie que les fers à repasser): des frustrés nés et formés pour gâcher la vie des enfants… Ok, c’était avant que j’épouse une prof… Ca va, c’est un peu facile de se moquer, je me suis fait avoir!

Les fers à repasser… vous avez remarqué??? Ils sont fourbes, au même titre que les poussettes ou les lits de voyage pour enfants, ce sont des engins moches, que les designers n’ont jamais songé à améliorer et qui semblent tout droit sortis de la préhistoire… Comme le météorologue, le fer à repasser ne vous veut pas du bien, et cela se voit. Jet de vapeur brûlante, table à repasser pince-doigt(s) ou écrase-pied (suivant la dextérité de la personne qui la manœuvre) au moment du pliage, risque pour les doigts (ou toute autre extrémité proche de la table) lors de la manipulation normale du fer… Le fer n’est pas votre ami, et encore moins le mien! A peine je commence à repasser que des faux-plis apparaissent, quelle que soit la quantité de vapeur que je mets. Je dois ajouter de l’eau, recommencer et passer et repasser au même endroit jusqu’à ce que ce soit plus ou moins parti…

Ahahah! Ca vient de là le terme repasser!!!! Donc dès le début, conscient que son invention ne fonctionnait pas, Peter l’a appelé fer à repasser car, même lui, après des dizaines de répétitions et des mois de pratique pour mettre au point (si on peut parler d’être au point pour un objet qui marche mal malgré des années d’améliorations depuis son lancement) son appareil diabolique, il savait pertinemment que cela ne marchait pas.

Je déteste les fers à repasser, quels qu’ils soient… Ferophobe? Repassophobe? Ce n’est pas plus irrationnel que la haine de la météo (ou des gens qui travaillent à la météo)…

Or, je suis donc en train de repasser une chemise à 2h32 du matin (en même temps, pour un père indigne, hormis repasser à 2h32 du mat, il n’y a que du vomi à essuyer s’il y a malade, ou un bib à préparer pour numéro 4) et m’aperçois que, bien que capable de repasser une chemise en presque 20 minutes (quasiment mon meilleur temps!) et avec suffisamment peu de faux-plis pour qu’elle soit presque mettable, je déteste vraiment cet objet.

On envoie des rovers sur mars, crée des nanobots, met 128gb sur une carte mémoire de la taille d’un ongle de bébé, mais on doit toujours repasser ses chemises? Ils foutent quoi, les scientifiques, les designers et les chercheurs!?!?!?!?

Profitez de la fin de la semaine et reposez-vous : les punks sont à l’école, les vraies vacances commencent!!!!

Retour à Chronique du père indigne

Laisser un commentaire