Amis des algues et des crêpes, bonsoir!

Ah les vacances!!! Grasse matinée jusqu’à 11h tous les matins, petit déjeuner au lit, longues balades sur la plage les cheveux au vent (pour ceux qui ont encore des cheveux…), pas d’horaire, calme et détendu, faire du sport quand on le souhaite, le rêve!

Bon, OK, … la même chose avec 4 punks:

Ah les vacances!!! Grasses matinées (une fois jusqu’à 9h, sinon 7h30 à 8h30 maximum, réveil par hurlements traditionnels), petit déjeuner après avoir nourri les fauves (3-4 tartines chacun, les trois plus grands punks peuvent faire prospérer une boulangerie à eux tout seuls, donc plus d’une demi-heure!), stress dès qu’ils approchent de l’eau (Numéro 4, pas si près! Numéro 1, 2 et 3 pas trop loin de nous! Ne pousse pas ton petit frère! Recrache cette méduse! Ne mange pas de sable! Ni d’algues!!!!), râles dès qu’on se promène (Numéro 1 et 3, 2 semble aimer se balader…), impossible de tenir un horaire quelconque (perdu veste, puis casquette, puis polaire, puis pull, puis chaussures, puis petit frère, goûter à prendre, boissons à prendre, crème solaire à étaler, seaux pelles et râteaux à prendre…), calme (surtout lorsqu’ils sont couchés) et détendu (dans tes rêves), sport quand on le souhaite (je suis allé courir deux fois, une fois à 21h, une fois à 21h40), le rêve (no comment, je n’ai pas encore décidé si les points positifs l’emportaient sur les habituels travers liés aux punks…).

Donc après une nuit quasi blanche et un trajet interminable – rendu pénible par 3 casse-couilles dont un qui pleure toutes les dix minutes – nous sommes arrivés à la fin du monde… Trop petit village pour contenir l’énergie punkesque, je crains le pire…

Après un petit déjeuner amplement mérité et remplissage de frigo, nous allons prendre possession de notre maison de vacances. Superbe vue sur l’océan, maison claire avec trois terrasses, bonne superficie et jardin immense, mais taille mannequin… Enfin petit mannequin: j’ai peur que m a fille se cogne la tête! M’en fous, je ne me sers plus de la mienne depuis longtemps! Reste que toutes les maisons Bretonnes ressemblent plus à la maison des 7 nains, qu’à une demeure digne de ce nom… Le Breton est plutôt trapu, fort accueillant mais surtout pas très grand!

Nous constatons aussi, une nouvelle fois, que les standards de construction français ne sont pas au niveau Suisse: la maison bretonne est à la maison suisse ce que la voiture française est à la voiture asllemande: aucune insonorisation, ou que ce soit, tout craque ou fait du bruit (même assis sur les toilettes, le plancher craque ou grince!), même rénovée récemment, elle paraît 10 ans de plus que son homologue helvète…

Aucune porte ne ferme comme il faut, et elles font toute du bruit à l’ouverture, à la fermeture et entre les deux,… Après deux frôlements et une bosse, j’hésite à porter un casque ou à marcher à quatre pattes, pour me protéger les 3 neurones restants, même Madame se refait la tête une fois: la folie!

Nous mettons tout le monde à la sieste… Finalement seul numéro 4 et moi dormons un peu, les autres faisant les andouilles (bien qu’indigne, je suis aussi apte à me montrer courtois et poli… non, je rigole! C’est juste un style que je me donne, je jure tout le temps!), comme à leur habitude, Madame est allée s’occuper d’eux. Au réveil: grand bleu, quasiment plus de nuage à l’horizon! Vue splendide depuis la maison avec l’océan, une île ou deux et à marée basse on voit les cultures ostréicoles.

Marche jusqu’à la plage (400m) et les punks courent dans tous les sens, mettent les pieds dans l’eau, s’étalent dans l’eau (numéro 4 surpris par une vague) pendant que je fais quelques photos. Madame sauve numéro 4 de la noyade, je photographie toujours, naturellement, imperturbable, et finit par essayer de trouver une zone sans algues pour Mademoiselle qui se plaint (déjà!?)… sans succès.

La Bretagne est superbe, attachante, très sauvage dans la région où nous sommes, mais pas totalement envahie par les touristes. Les gens sont sympas, polis et accueillants (on se sentirait presque dans un autre pays!), on a tout de suite envie de revenir!

La Bretagne… J’ai couru dans des dunes sauvages, avec personne à perte de vue, accompagné de temps à autre par un lapin sauvage… Je sais: le lapin et moi avons en commun un derrière tout blanc et cette bête idée de courir! (Et j’ai le nom de celui qui a dit que, lui, avait moins de petits que moi!!!! Ca va masser!!!). Le soi,r il fait jour jusqu’à plus de 23h et l’endroit est splendide avec des couchers de soleils à couper le souffle et des plages de folie… Naturellement je ne me suis pas baigné, ma conception de l’eau froide concerne tout ce qui se situe en-dessous de 28-29 degrés, et nous sommes en Bretagne, tout de même, mais les punks ont adoré! Pour ma part, et bien que n’ayant ni chaussons de plongée en néoprène, ni bottes étanches, je ne crois pas avoir perdu d’orteil suite aux rares ablutions pédestres que j’ai été amenés à effectuer (bien contre mon gré, naturellement), juste pour surveiller les punks ou les séparer. J’ai, comme Madame, bien entendu ramené des souvenirs sous la forme de délicieuses et innombrables piqûres de puces!

Il y a naturellement les crêpes… C’est sympathique et convivial, sauf qu’aller dans une crêperie à 6 n’est pas aussi drôle qu’il y paraît au premier abord, surtout quand les 4 plus petits sont équipés de la voix de Madame: numéro 2 peut toujours faire tomber les plumes d’un pigeon à 17 mètres d’un seul cri (pauvre bête! Je parle du pigeon naturellement, bande d’indignes!?), et les autres sont proches de lui (en tous cas ils s’entraînent!!!). Je trouve toujours drôle quand dans un film un môme pousse un hurlement qui fait peur à un voleur ou un méchant… Depuis la naissance de ma fille, je trouve que le cri du film paraît nettement moins effrayant et puissant que la triste réalité!

Nous avons un peu participé aux traditions en testant le Kouign-Amann, une drôlerie locale pour préparer aux hivers parfois rudes des marins, dont l’ingrédient le plus léger semble être du beurre, ou de l’huile, ou les deux ensemble… Enfin ça tient un peu au corps (je comprends pourquoi je n’ai pas croisé trop d’anorexiques: elles ont dû toutes décéder à la vue de cette pâtisserie…). On a rapidement la sensation de manger une baleine farcie au thon ou un éléphant fourré aux marrons, mais ça se laisse goûter! Bref, malgré deux ou trois sorties de course, je dois avoir pris 20-30 kilos par semaine et me réjouis de reprendre l’entraînement un peu plus sérieusement!

Nous avons fait une demande, au nom de Familles-nombreuses.ch, pour que les plages soient débarrassées d’algues, soient plus propres, avec une eau plus chaude, moins de sable – ou qui ne colle pas et parte tout seul sans devoir frotter pendant 45 minutes 4 punks qui se débattent et se plaignent sous la douche pleine de sable fin… A ce jour, ni la ville ni la région n’ont daigné répondre… Premier signe de mauvaise disposition envers les touristes?

Après à peine 10 jours, et pas trop reposés, nous nous résignons à quitter notre maison de location et cette vue incroyable sur l’océan, ce climat jamais beau très longtemps, mais jamais moche totalement non plus, cette nature… Mais nous sommes tous un peu nostalgiques au moment de partir. Il y a de la route à faire, nous partons vers 11h, clés rendues, état des lieux passé, tout va bien: nous sommes dans les temps!

20140716_220912              20140717_103321

Profitez bien de la fin de vos vacances, pour ceux qui y sont, vous vous reposerez au travail dès votre retour!!!!

ps: La suite (le retour) au prochain épisode!

Retour à Chronique du père indigne

 

Laisser un commentaire