Amis des voyages et du bon goût, bonsoir!

Suite à une rubrique pour la fête des mères, voici en vrac des brides des dernières semaines… Que la force soit avec vous!

(Après Pâques) Reprise de classe pour les deux grands… Dès le premier matin, ma fille râle, son moyen d’expression favori, et se plaint que nous la réveillons trop tôt. Je lui fais remarquer que si elle veut dormir plus, elle peut toujours se coucher avant… ça me rappelle quelque chose…

Mon Dieu!!! Mon père me faisait le même genre de remarques à l’époque!!!! Je suis devenu comme mon père, c’est affreux!!!!

Si je n’étais pas plus repoussé par l’idée d’aller voir un psy que par l’idée de ressembler à mon père, j’irais probablement consulter… Faut dire qu’il y aurait tellement de boulot que je ne saurais par ou commencer… Et si je lui parlais de ces rubriques, il me ferait probablement interner ou enverrait discrètement la protection de l’enfance diligenter une enquête musclée…

Numéro 4 a – encore! – fait un NMDD (Nombril Milieu Du Dos), en une très belle explosion… Le body, le pantalon et un bout du pull sont décédés dans d’atroces souffrances (sans parler de l’odeur… amis du bon goût, bonsoir!).

Je le déshabille dans la baignoire, pour ne pas avoir besoin de nettoyer la salle de bain entière (c’est à ce genre de détail que l’on reconnaît un père vraiment aguerri)… Je rince le derrière de junior qui, pour aider son papa, et sans éprouver la moindre gène, comme d’habitude, montre les morceaux flottant vers le siphon et dit: caca! avec fierté.

La classe ça commence très jeune chez nous… ça aussi doit venir du côté de sa mère!

(5-11 mai) Samedi, course! Pas dans les magasin, je suis inscrit à une course dans une gorge vers Eclépens (pan!). Compte-tenu de la météo de ces derniers jours (une semaine de pluie avant la course), et sachant que nous courrons la plupart du temps dans la forêt, je ne m’attends pas à une course drôle, surtout avec un ciel très menaçant… En sortant de la voiture, il fait froid, mais il ne pleut pas trop. Nous partons sur un parcours très boueux, dès les premiers mètres et qui va le rester quasiment jusqu’à l’arrivée.

Vous allez encore penser que j’ai l’esprit tordu, je ne sais pas ce qui m’a pris… Après avoir failli me faire arracher une chaussure aspirée par la boue, quasiment perdu l’équilibre pour finir dans le Nozon (10 mètres plus bas), glissé 500 fois, je me dis que les mecs qui fantasment à l’idée de mâter des femmes se battant dans la boue, et trouvant ça sexy qui plus est, devraient consulter de toute urgence…

Bon, d’un autre côté, venant d’un gars qui court plus de 13 bornes, principalement en montée, dans de la boue, par un temps de merde et s’entraîne principalement de nuit à la frontale, on peut se demander lequel est le plus atteint…

Fin de journée, je donne un bain à numéro 4, auquel se joint numéro 2. Après le bain, je suis en train de finir de mettre de la crème à junior, qui adore se faire tripoter. Tout à coup il sourit béatement!

Comme tout père expérimenté, je baisse les yeux, pensant que le merdeux m’a simplement pissé dessus et que, trop fatigué – peut-être à cause du réveil à 5h45 pour aller le voir, alors que je m’étais couché seulement trois heures avant et que j’avais une course le lendemain, merde enfin quoi! – je n’ai rien senti. Je comprends rapidement qu’il n’en est rien : junior a simplement entendu le bruit de Madame secouant le biberon!

Vu comme il est content d’avoir son biberon, ou comme il réclame à manger le weekend, j’en viens à me demander si Madame le nourrit vraiment quand je suis au bureau… C’est vrai que, lorsqu’il est assis, il a presque le pli du dos qui touche par terre, et n’a pas vraiment l’air malingre ou chétif, mais on ne sait jamais!

(Semaine passée) Lundi soir, je monte à Berne pour un anniversaire… Parti très tôt, je rentre par l’un des derniers trains et me couche à plus d’une heure du matin. La semaine est lancée!

Mardi, Madame ayant quelques heures de remplacement, ma mère débarque pour dormir à la maison, afin d’être disponible dès le matin pour garder les punks. Le premier soir se passe bien, puisque nous ne nous sommes pas vu depuis longtemps. Ma mère est adorable et passe sont temps à nous aider et à ranger la maison…

Mercredi, je ne rentre pas très tôt, et commence, après voir couché les punks, à préparer ma valise… Je pars le lendemain matin pour Barcelone, avec toute ma société pour quatre jours. Je fais coup double : père indigne avec ma fille qui pleure et ne veut pas que je parte, et mari indigne qui laisse sa femme pendant 4 jours seule dont un weekend. Je ne sais pas quoi prendre, ce que nous allons faire ou ce que nous sommes sensés mettre, je dois prendre mon ordinateur portable, dois-je prendre mon matos pour courir?

Après m’être fait démonter par ma mère, je finis par aller me coucher à 2h du matin…

4h45, mon réveil fait son boulot et me jette hors du lit. J’ai les cheveux et les dents qui poussent, je prends le train et vais faire la queue au contrôle de sécurité de l’aéroport de Cointrin. Nous embarquons et je me dis que je vais pouvoir me reposer pendant l’heure de vol. Le commandant de bord annonce que, du fait de la grève des contrôleurs aériens français, nous allons attendre 1h40 avant de décoller.

Ayant dépassé quarante ans, j’ai une maturité que je n’avais pas avant… Je ne jure, ni ne maudis, bien que quelques pendaisons ou exécutions sommaires seraient de mise, et fais contre mauvaise fortune bon gré: j’écoute de la musique et augmente ma nuit de plus de 25% en dormant contre le hublot. Nous partons enfin et j’arrive, parmi les premiers, à Barcelone.

Il fait beau et chaud, la ville compte tellement de touristes que j’ai du mal a entendre parler espagnol! Notre hôtel est… à la hauteur de ce que nous payons. Nous sommes deux par chambre, ça fait un peu colonie de vacances, et ni moi ni mon collègue n’avons encore l’âge pour ça! Quartier classe, à 10 minutes de Las Ramblas, prostituées à tous les coins de rue, de jour comme de nuit.

Particularité de mes collègues suédois: ils font la fête et n’y vont pas de main morte: premier soir, les jeunes rentrent entre 4h et 6h30 du matin… Ce qui donne le ton, tous les soirs seront à l’avenant. Autre particularité, comme il fait froid en Suède, nos collègues féminines s’habillent peu dès qu’il fait chaud… J’en croise une et hésite à lui dire: fais gaffe, tu as oublié ta robe! Tu n’as mis que ton tee-shirt!

Je dois préciser que toutes mes collègues ne sont pas forcément taillées pour se promener à moitié vêtues… Je vais probablement devoir vivre le reste de ma vie avec en mémoire un short à paillettes – enfin, c’était plus une ceinture qu’un véritable short – qui aurait été probablement un peu grand pour moi, sur une collègue mesurant 50 centimètres de moins que moi… Terrible!

Chaque soir, pour compléter les invitations discrètes et classe des prostituées, on nous propose de la cocaïne, pour que nous nous sentions moins touristes. Barcelone reste une destination à bas coûts, ce qui se ressent parfois un peu trop à mon goût, je préfère Madrid.

Nous repartons tous chacun dans nos pays respectif, en attendant de nouvelles aventures… Je suis naturellement crevé… faire un voyage de 4 jours qui finit dimanche est une mauvaise idée: demain je retourne au bureau!

Pour ceux qui le peuvent: dormez; pour les autres: faites un effort, forcez-vous!

Retour à Chronique du père indigne

Laisser un commentaire