Amis du sport et de la gériatrie, bonsoir!

Lundi soir, après une journée pourrie au bureau, je sms mon coatch pour lui annoncer que je ne viendrai pas au sport (sorti du bureau à plus de 19h). Il me répond assez vite que ça tombe bien car, du fait des vacances et camps divers et variés, il n’y a pas cours cette semaine.

Je passe prendre des sushis pour faire plaisir à Madame, mais ils foirent ma commande: du saumon à la place du thon, pas de baguettes ni serviettes, et oubli du gingembre, dont Madame raffole… Mais la dernière pierre à cette JDM (Journée De Merde), c’est l’annonce du décès de note aspirateur… pas que j’y sois particulièrement attaché, ou que cela fasse partie de mes hobbies, mais c’est juste de penser que ça va encore me coûter cher.

Mardi, ma fille est sortie de sa chorale en pleurant, une petite collègue lui a fait un doigt d’honneur pendant le chant et a essayé de lui donner une baffe en sortant… Madame m’explique qu’elle a essayé de rattraper la mécréante, mais sans succès et qu’elle ira lui parler.

Bon je suis pour la paix des peuples et l’amour de son prochain… mais suggère tout naturellement à Madame d’acheter une arme de poing à ma fille (ils en font même des roses aux USA et on est pas obligé de prendre un trop gros calibre !) ou tout au moins de l’inscrire au Krav-Maga (self-défense Israélien, donc plutôt du self-attaque…), comme alternative à aller menacer avec un club de golf (ou une batte de baseball avec des clous, les morgenstern n’étant malheureusement plus disponibles depuis quelques années, je ne suis pas très mélomane, je vous laisse choisir…) le père de la merdeuse ou la merdeuse elle-même… Madame reste intraitable malgré le bienfondé de mes propositions et la rationalité de mon ire, ma fille reste sans défense, l’honneur froissé…

Suis encore allé à la préparation au catéchisme, le soir… c’est pour ma fille, mais ce sont les parents qui donnent les cours la première année. Nous avons donc des séances où nous nous réunissons en cercle, dans le sous-sol de l’église, pour discuter de la manière d’aborder différents thèmes pour guider nos rejetons dans la foi. Note pour mes collègues mâles – hélas – pas toujours très futés : même si ces réunions sont fréquentées en majorité par des femmes, ce n’est pas le meilleur endroit pour draguer : ces femmes ont des enfants et sont souvent fidèles (catho convaincues), en plus il vaut – en théorie – mieux avoir des enfants, ce qui complique les choses (vous n’êtes pas obligés d’en avoir, vous pouvez emprunter ceux d’un ami ou d’un voisin… Je loue moi-même les miens à la journée)…

Je rentre à 21h30, n’ayant pas eu le temps de manger avant d’y aller, mais la maison semble calme, les monstres sont couchés…

Mercredi, alors que je suis chez un client (et oui, malgré ma célébrité et les millions que me rapportent cette rubrique, je travaille aussi, pour me sentir proche des préoccupations de mes lecteurs et du bas peuple) mon téléphone vibre… Oui, on dit un smart phone, mais il est aussi malin qu’un fast food est rapide, donc j’ai débaptisé cette saleté. Je viens de recevoir une photo de numéro 3 qui montre sa lèvre ouverte, les yeux encore pleins de larmes… naturellement quasiment sans commentaire de Madame. Après le rendez-vous, je réponds « il en avait marre de faire des bosses au front ? » Je suis médisant, ça fait presque deux jours qu’il ne s’était pas fait de bosse ou bleu…

Samedi, préparatifs pour mon anniversaire oblige, je pars courir plus tard qu’à l’accoutumée… frontale allumée, je pars à 21h15 de Gilly, où j’ai garé le MPPT devant l’église, et vais à Pizy, en passant à côté du Signal de Bougy et retour. Je suis sur la route, il fait 17 degré, la nuit est fantastique et la lune quasiment pleine éclaire le lac et les montagnes… Le père indigne en deviendrait presque pouète!

Malgré la beauté du panorama, j’ai le temps de me faire la remarque que c’est à cette heure-là (21h45) que je devrais amener les punks au Signal de Bougy: pas de risque de les perdre ou de les confondre avec d’autres enfants (pourtant en théorie c’est facile de les distinguer: les nôtres sont les plus beaux (et probablement parmi les plus casse-cou…. pieds)!) avec une place de jeux déserte… et en leur mettant une frontale chacun pour qu’ils puissent voir les jeux, ils sont plus faciles à suivre… A méditer!

Dimanche, nous fêtons mon anniversaire… 40 ans. Pour l’occasion, et comme des personnes de ma famille me demande ce que je veux, je demande qu’on nous paie, à tous, punks compris, un voyage pour les vacances d’été. Je ne sais pas ce qui m’a pris, je vais sûrement le regretter amèrement, mais nous avons décidé que nous irions en Bretagne, avec toute la famille, en lieu et place d’un weekend de rêve, seul avec Madame, dans une capitale européenne.40-off-left-purple

Pas malin… je pense que je vais payer cher cette décision. L’âge fait faire des conneries! Ce doit être ça la crise de la quarantaine : deux semaines bookées avec les punks, et une inscription à un trail… Si j’avais de l’argent, j’achèterais une bagnole sportive ou une harley avec un blouson en cuir à franges, pour compléter le tableau… Je vais d’ailleurs lancer une grande collecte de fonds et accepte les dons en francs suisses, euros ou dollars!

Pas mal de copains sont venus me rendre visite, ça a au moins un bon côté de devenir une antiquité: ça rassemble les chiffres ronds!

Courir permet de se sentir pas trop grabataire… jusqu’à ce que l’on s’inscrive pour une course… Là, dur retour à la réalité : sous catégorie, la plupart des courses me classent dans les seniors 2, voir les vétérans… Je vais t’en foutre des vétérans, tas de saleté !?

Comme on dit chez moi, et malgré mon statut de vieillard cacochyme, dormez pour moi et bonne (courte) semaine… bonnes vacances pour les plus chanceux!

 

Retour à Chronique du père indigne

 

Laisser un commentaire